Ode aux visiteurs curieux du salon Primevère, à Lyon

Durée de lecture : 2 minutes

5 mars 2019 / Adrien Prévost (Reporterre)

Trois jours durant, autour du week-end du 23 février, Reporterre a tenu un stand au salon Primevère des rencontres de l’alter-écologie, à Lyon. L’occasion d’aller à la rencontre des lectrices et des lecteurs pour des échanges fructueux !

C’est dans l’immensité retentissante du complexe lyonnais Eurexpo que Reporterre s’est fait une petite place le week-end du 23 février à l’occasion des rencontres de l’alter-écologie : le salon Primevère. Mais, que faisions-nous donc parmi ces centaines d’exposants : producteurs, artisans, médias alternatifs et ONG entre autres ? Et bien, figurez-vous que notre principale occupation, hormis les dégustations de fromages, était de vous rencontrer. Vous, citoyennes et citoyens en quête de sens, qui cherchez à vous informer hors des sentiers battus (des médias possédés) et qui lisez ou découvrez notre quotidien de l’écologie en accès libre.

Heureusement que Reporterre n’est pas que sur internet et qu’il existe aussi ces moments de complicité entre le journal et ses lecteurs. À chacune de ces occasions, nous prenons un peu plus conscience de l’importance de ce lien fertile. Vos sourires, vos remarques, vos conseils et vos idées sont une bouffée d’oxygène humaine, une boucle de rétro-information puissante. Ensemble, nous avons discuté d’Euratom, de Bure, de zéro déchet, de climat, d’énergie, des derniers articles qui vous ont touchés… Nous avons par exemple reçu avec bienveillance la colère de véganes déçus de la tribune de Paul Ariès ou encore accueilli vos « bravos » et vos remerciements chaleureux. Que de (bio)diversité !

Vous avez également été séduits par l’idée de vous relier les uns aux autres grâce aux groupes de lecteurs et lectrices de Reporterre. Lire un livre ou un dossier à plusieurs pour se relier, réfléchir, mieux retenir, partager nos débats avec d’autres. Nous vous recontacterons sous peu pour vous aider à vous organiser.

Cet épisode du salon Primevère n’aurait été possible sans l’aide des Amis de Reporterre, ces onze bénévoles qui m’ont accompagné et ont fait vivre le stand Reporterre pendant trois jours. Un immense merci à eux !

La prochaine aventure de ce type vous tente ? Vous voulez faire partie d’un club de lecture Reporterre ? Contactez Adrien.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Adrien Prévost pour Reporterre

Photo : © Adrien Prévost/Reporterre
. chapô : Gaspard d’Allens, coauteur de Bure, la bataille du nucléaire (Seuil/Reporterre) et Adrien Prévost sur le stand de (Reporterre au salon Primevère.

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien




Du même auteur       Adrien Prévost (Reporterre)