Olà, Rio + 20

Durée de lecture : 2 minutes

7 septembre 2011 / Hervé Kempf


L’événement de 2012 ? Rio + 20, alias conférence des Nations unies pour le développement durable, qui se tiendra à Rio de Janeiro en juin 2012. Une méga conférence de plus - et alors ?

Alors ? Depuis quarante ans, les Sommets de la Terre ont servi de révélateurs de la conscience collective mondiale. Si les résultats en paraissent décevants, ils n’en sont pas moins réels, en fournissant à toutes les nations un langage commun et, souvent, des logiques communes d’action.

D’abord, il y eut Stockholm, en 1972 : pour la première fois à cette échelle était lancée l’alerte sur la dégradation rapide de l’écologie mondiale. Mais l’environnement allait-il faire oublier le développement ? Le rapport Brundtland, en 1987, répondait efficacement, en popularisant les concepts de « développement soutenable » et du droit des générations futures. Et, en 1992, le Sommet de la Terre de Rio connaissait un éclat retentissant. L’époque était à l’optimisme, la chute du mur de Berlin permettant d’envisager un monde libéré de la course aux armements. Deux traités importants, sur le climat et sur la biodiversité, étaient signés : l’énergie et l’alimentation entraient dans le champ de la politique internationale.

Mais à Johannesburg, en 2002, on déchanta. Les pays du Nord n’avaient pas assumé leurs responsabilités en n’orientant pas les ressources libérées par la lutte contre l’Union soviétique vers les pays en développement. On se trouvait aussi à l’apogée de l’idéologie néolibérale : l’idée dominante était que, plutôt que les Etats, les entreprises et le marché résoudraient les problèmes.

2012 : les vagues promesses de Johannesburg se sont évanouies. Entreprises, banques et marché ne sont pas les solutions, mais plutôt le problème. L’heure est au retour des Etats, de la régulation, de l’action publique. Et alors que la crise écologique est toujours plus prononcée, la responsabilité s’est élargie : on ne peut plus mettre toute la charge sur le dos des pays riches. Le poids de la Chine ne lui permet plus de s’abstraire du jeu.

Deux thèmes dominent la préparation de Rio + 20 : l’« économie verte » et la réforme des institutions internationales. Les débats sont vifs : l’économie verte est-elle le nouvel habit du capitalisme, n’oublie-t-on pas en chemin le développement durable, l’ONU est-elle l’enceinte adéquate ?

Et de nouveaux thèmes sont discutés, comme la lutte contre les inégalités - et pas seulement contre la pauvreté -, la réforme de l’indicateur du produit intérieur brut (PIB), les taxes sur le carbone, la correction du libre-échange pour tenir compte de l’environnement. Oui, Rio + 20 sera important.




Source : Cet article est paru dans Le Monde daté du 7 septembre 2011.

Traduction en espagnol

Lire aussi : Le Sommet de la Terre de Rio en 2012 se prépare

17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage




Du même auteur       Hervé Kempf