On peut économiser l’énergie en fabriquant des frites

Durée de lecture : 1 minute

28 janvier 2014 / Bulletins électroniques

En Allemagne, une entreprise fabriquant des produits de pommes de terre récupère la chaleur perdue par les friteuses.


En Allemagne, le ministère fédéral de l’environnement (BMU) soutient un projet de récupération de chaleur dans l’industrie agro-alimentaire dans le cadre de son programme d’innovation environnementale.

L’entreprise Agrarfrost GmbH fabrique et commercialise des produits de pommes de terre tels que frites, beignets, et chips. Sur son site d’Oschersleben (Saxe-Anhalt), elle traite annuellement 450.000 tonnes de pommes de terre. Une partie des friteuses y est approvisionnée en vapeur basse et haute pression à partir d’une chaudière centrale à lignite.

L’innovation prévue consiste à l’intégration d’un condenseur qui, cumulé à un système de contrôle intelligent et d’une technologie hydraulique, permettra de récupérer la chaleur perdue par les friteuses sous forme de vapeur. Cette chaleur résiduelle pourra être utilisée à la fois pour le séchage, le pré-chauffage ou encore le refroidissement interne grâce à un échangeur frigorifique.

L’économie annuelle d’énergie devrait atteindre 46,6 millions de kilowatt-heures pour l’énergie thermique ainsi que 632.500 kilowatt-heures pour l’énergie électrique. En termes d’émissions de gaz à effet de serre, environ 13.200 tonnes de dioxyde de carbone seront évitées.

Enfin, la technologie est transférable à des systèmes comparables dans d’autres entreprises de l’industrie alimentaire. C’est la première fois que, dans le cadre de ce programme d’innovation environnementale du BMU, une technologie innovante sera appliquée à grande échelle.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Bulletins électroniques

Image : Darty

Lire aussi : Le marché émergent de l’huile de friture pour moteur : gros poissons et petits requins

20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »
21 novembre 2019
Il faut décoloniser l’écologie




Du même auteur       Bulletins électroniques