On peut voyager sans un sou

Durée de lecture : 3 minutes

26 mars 2012 / Benjamin Lesage

Convaincus que l’argent est le cancer de nos sociétés modernes, trois jeunes Européens ont décidé de se lancer dans un voyage autour du monde, sans débourser un centime. Partis en janvier 2010, ils ont déjà parcouru 40 000 kilomètres. Première leçon de cette vie nouvelle : apprendre à se déplacer sans pouvoir s’acheter de titres de transport, ni d’essence.


Sans argent, on ne peut pas « acheter » la sécurité d’arriver à une certaine heure ou d’être assis côté fenêtre. Il faut donc avoir du temps, être patient et avoir confiance en l’autre pour que l’autre ait confiance en nous.

Nous nous déplaçons principalement en marchant (de loin le moyen de transport le plus écologique et le plus sain), mais pour les longues distances nous privilégions l’auto-stop. Bien entendu, les chauffeurs des véhicules qui nous prennent utilisent eux de l’argent pour se déplacer, mais l’impact d’un passager supplémentaire est très minime. Et c’est une excellente occasion pour le conducteur et l’auto-stoppeur de faire une belle rencontre.

Pas facile de faire du stop en ville

Pour traverser les mers et océans et ne pas utiliser d’avion (l’empreinte écologique personnelle monte en flèche avec un seul vol), nous faisons du « bateau stop ». Cela consiste à visiter les ports de plaisance à la recherche d’un voilier qui irait là où l’on souhaite aller. Bien souvent, les capitaines recherchent des gens sans expérience pour pouvoir leur enseigner « à leur manière » comment les assister dans la navigation. Il y a aussi des pages internet où on peut remplir un profil et trouver un bateau.

Pour le moment, nous avons parcouru plus de 40 000 kilomètres en stop, sur terre, mers et océans. Le stop fonctionne dans la plupart des pays, mais certains lieux sont plus difficiles que d’autres. Aux États-Unis et en Espagne, l’auto-stop est interdit et il faut donc ruser. Dans les pays moins développés financièrement, l’auto-stop fonctionne à merveille, surtout dans les campagnes. En Amérique centrale, l’attente est souvent limitée à quelques minutes et on peut monter derrière les pick-up, ce qui est interdit en Europe et aux États-Unis. Les endroits les plus difficiles ont toujours été les grandes villes. Pour sortir de la ville, il faut souvent marcher plusieurs kilomètres, et les gens sont beaucoup plus méfiants. Au Brésil, par exemple, après avoir marché une vingtaine de kilomètres pour atteindre une station essence, nous avons attendu cinq jours avant qu’un conducteur de semi-remorque accepte enfin de nous sortir de là.

Prendre conscience des distances parcourues

Nous avons traversé le détroit de Gibraltar dans la cabine d’un semi-remorque, chaque chauffeur a le droit d’avoir un « second chauffeur » avec lui qui peut donc traverser gratuitement. En plus, la nourriture est offerte à bord. Nous avons demandé à une bonne quinzaine de chauffeurs à l’entrée du port avant de trouver trois chauffeurs pour traverser. Ensuite, au Maroc, nous avons attendu une dizaine de jours à Agadir, où il y a une belle marina, avant de rencontrer un jeune Belge qui nous a emmenés jusqu’au îles Canaries.

Las Palmas est le plus grand port de plaisance d’Europe et l’endroit idéal pour trouver un bateau. La période idéale est entre octobre et janvier car environ 500 bateaux traversent l’Atlantique à cette époque. Nous avons attendu deux mois avant de trouver un bateau, avec deux Italiens qui se sont fait une joie de nous aider. En échange, nous avons nettoyé le bateau, cuisiné et enseigné l’anglais et le français. La traversée a duré environ trois semaines en passant par les îles du Cap-Vert jusqu’au Brésil.

Se déplacer sans argent permet d’avoir une conscience plus grande des distance parcourues. L’attente permet d’apprécier les distances avec un autre œil, cela nous force aussi à rencontrer les gens du coin, écouter leurs histoires. Souvent, dans les pays où les gens sont plus humbles, le conducteur nous invite chez lui pour manger ou dormir, nous emmène voir un site touristique. L’auto-stop permet aussi de visiter des lieux qui ne sont mentionnés dans aucun guide, rencontrer des gens qui n’ont jamais vu d’étranger, connaître en somme le pays et la culture avec beaucoup plus de profondeur.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Basta

Lire aussi : Carnets d’aventure

15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
16 novembre 2019
Radio Bambou - L’étrange voyage de Bambou… à l’intérieur d’un pain !
16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien