Opposition au projet de Total sur les sables bitumineux

Durée de lecture : 2 minutes

3 septembre 2010 / Les Amis de la Terre

L’extraction des sables bitumineux est une source de pollution majeure au Canada. Total y participe activement. Une coalition d’ONG s’y oppose.


Plus de 30 associations du Canada, des États-Unis et de France ont fait part de leurs objections à la mine “Joslyn North”, un nouveau projet d’extraction de sables bitumineux situé dans le nord du l’Alberta et proposé par le géant pétrolier Total auprès de la commission d’examen conjointe Canada-Alberta. Cette Commission, qui a achevé la consultation publique sur le projet le 24 août dernier, a été mise en place par les gouvernements du Canada et de l’Alberta afin de conduire l’évaluation environnementale du projet.

“La France prétend jouer un rôle moteur dans la lutte contre les changements climatiques mais l’une de ses plus grosses entreprises remet en cause ce discours par ses activités au Canada”, selon Aloys Ligault, chargé de campagne sur la responsabilité des entreprises aux Amis de la Terre France.

Selon les propres chiffres de Total, ce projet contribuera aux dérèglements climatiques, détruira les terres et produira des déchets toxiques, parmi d’autres impacts environnementaux.

- Le projet générera 1,5 million de tonnes de gaz à effet de serre par an, soit l’équivalent de 270 000 voitures en circulation.
- Il détruira 7 000 hectares de terres, soit l’équivalent de presque six fois la taille des jardins du Château de Versailles, sans espoir réaliste de ramener ces zones à leur état initial.
- Il produira 12,5 milliards de litres de résidus toxiques chaque année. Au niveau de l’ensemble de la durée de vie du projet, cela représente un volume assez important pour remplir plus de 100 stades, sans qu’aucun plan attesté n’existe pour empêcher ces résidus de pénétrer les terres et les eaux de la région.
- Il émettra chaque année 2 740 tonnes de substances polluantes, responsables de pluies acides.
- Il provoquera chaque année le prélèvement et la pollution de 22 milliards de litres d’eau douce provenant de la rivière Athabasca.

Les gouvernements du Canada et de l’Alberta n’ont placé dans les faits aucune limitation aux émissions globales de gaz à effet de serre, à la pollution de l’air, de l’eau, à l’utilisation de l’eau douce et à la destruction des terres dues à l’exploitation des sables bitumineux.

Les Amis de la Terre France, Environmental Defence Canada, Equiterre, Greenpeace, le Natural Resources Defense Council et l’Echêché anglican de Nouvelle-Ecosse et de l’Ile du Prince Edouard s’opposent à ce projet. Les Amis de la Terre France demandent l’abandon de ce projet contraire à l’intérêt public, et le redéploiement des investissements vers des économies d’énergie et le développement des énergies propres, renouvelables et équitables.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.amisdelaterre.org/La-soc...

Lire aussi : Total exploite les sables bitumineux http://www.reporterre.net/spip.php?...

16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage




Du même auteur       Les Amis de la Terre