Paris veut installer des dizaines d’antennes téléphone pendant la pause estivale

Durée de lecture : 2 minutes

6 juillet 2013 / PRIARTèM

Comme saisie par l’urgence, la Ville de Paris convoque une réunion express pour étudier des dizaines de projets d’antennes téléphones. But : les installer pendant l’été, quand les riverains seront absents ou moins attentifs.


La Mairie de Paris a décidé de convoquer deux réunions de la commission de concertation sur la téléphonie mobile les 5 et 12 juillet. Alors que cette commission ne s’est réunie qu’une fois en deux ans, la Mairie de Paris, à la veille des grandes vacances, semble saisie d’une soudaine frénésie en matière d’implantation d’antennes relais de téléphonie mobile.

Pour preuve, durant ces deux réunions, pas moins de 100 sites (voir carte) seront soumises à ce que les associations estiment être une « concertation minute ». « Trois minutes… voilà le temps laissé par la Mairie de Paris pour présenter, étudier et éventuellement trouver des solutions alternatives pour une antenne relais ! Nous ne sommes plus dans le cadre d’une concertation mais dans un processus de solde avant l’été ! » estime Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’Environnement.

« Cette précipitation s’explique par la volonté des opérateurs de profiter de la
période estivale pour installer leurs antennes relais pendant l’absence des riverains »
poursuit-il.

Pour Janine Le Calvez, présidente de Priartém, « cette double convocation, dans la précipitation, à quelques jours des vacances apparaît comme une véritable provocation. Elle est d’autant plus choquante quelle fait suite à un long silence de près de six mois : absence de réaction à des installations sauvages hors du processus prévu par la charte ; absence de la Mairie à des réunions publiques sur des dossiers particulièrement litigieux ; absence de réponse à nos mails et demandes de rendez-vous… A tout cela nous pouvons ajouter, et c’est un comble, que dans la liste délirante des 100 sites fixée dans l’ordre du jour, ne figurent pas des sites dont nous avions demandé l’inscription ».

Pour Mathias Goldstein, correspondant Priartem pour Paris, « il va de soi que les associations ne sauraient se prêter à cette mascarade. Nous allons donc rappeler à la Mairie ce que veut dire le terme « concertation », nous allons rappeler que nous ne voulons pas, par exemple, d’installation à quelques mètres d’un groupe scolaire. »

Les associations ne participeront jamais, en tant que spectateur, à un processus dit de concertation dont le seul but serait de justifier l’installation d’antennes relais. De fait, elles conditionnent leur participation au fait que seuls 20 dossiers (au maximum) par commission soient soumis à la concertation.

Pour les associations, une commission de concertation n’a pas pour but premier d’installer à marche forcée des antennes relais mais au contraire de trouver des solutions opérationnelles limitant autant que faire se peut une exposition des riverains aux ondes des antennes relais.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de PRIARTèM

Photo : Le Huffington Post

Lire aussi : Nous sommes tous des bénis wifis

2 avril 2020
Au nom du coronavirus, l’État libéralise l’installation des antennes-relais
Info
1er avril 2020
Confinés à quai, les marins ne vont plus au large
Reportage
1er avril 2020
Nous ne sommes pas en guerre
Tribune