Paysans en lutte contre l’industrialisation de l’élevage

27 novembre 2017 / Coordonné par Aude Vidal

  • Présentation du livre par son éditeur :

Ce que nous nommons encore élevage se trouve aujourd’hui pris entre deux feux. D’un côté, le souci légitime de l’impact écologique et sanitaire de la production industrielle de viande et de produits d’origine animale rejoint le refus de maltraiter — voire tuer — les animaux. De cela émerge une remise en cause profonde du geste d’élevage. Est-ce là un progrès pour notre humanité ou un nouveau stade de l’« administration du désastre » ?

De l’autre côté, les éleveurs sont dépossédés de leur métier par des procédures toujours plus rigides et intrusives : puçage RFID des ovins et caprins, chantage aux primes agricoles, bureaucratisation croissante, reproduction artificielle… Décriés d’une part, ils sont administrés de l’autre — en attendant que disparaisse la possibilité même d’élever des animaux autrement qu’en les concentrant dans de gigantesques usines. Ces menaces qui pèsent sur l’élevage sont un des symptômes de la soumission toujours plus grande de toutes et tous à la société industrielle. Le monde se referme alors que la liberté s’efface devant le contrôle systématique : au fond, ce que nous faisons subir aux animaux, nous nous l’infligeons également à nous-mêmes.

Éleveurs et chercheurs qui les accompagnent dans leurs luttes, toutes et tous expliquent dans ce livre pourquoi l’élevage doit être préservé afin que nos vies restent authentiquement humaines.


  • On achève bien les éleveurs. Résistances à l’industrialisation de l’élevage, coordonné par Aude Vidal et illustré par Guillaume Trouillard avec Jean-Pierre Berlan, Jocelyne Porcher, Xavier Noulhianne, Christophe Richard, le groupe Marcuse, Fabrice Jaragoyhen, les fermiers du Pic-Bois et Stéphane Dinard, éditions L’Echappée, décembre 2017, 144 p., 24 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Quelle complémentarité y a-t-il entre l’élevage et les cultures végétales ?
16 novembre 2018
En procès à Dijon, les faucheurs d’OGM se disent « lanceurs d’alerte »
Reportage
16 novembre 2018
L’écologie et la justice sociale doivent être les carburants du XXIe siècle
Tribune
10 novembre 2018
Gabriel, paysan pris à la gorge par une administration aveugle
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre