Photovoltaïque, le gâchis français

25 octobre 2016 / Brigitte Chevet



  • Présentation du documentaire par la chaîne :

La première fois que Brigitte Chevet a vu des panneaux solaires de près, c’était dans un champ en Bretagne. Mais au lieu de suivre la course du soleil afin de produire de l’électricité, ils étaient à l’arrêt. Drôles de géants unijambistes, plantés là, inutiles et pathétiques. Cette image est le déclencheur du film de la réalisatrice qui a voulu raconter l’histoire d’un gâchis français. Partout dans le monde, l’énergie solaire se développe de manière spectaculaire. Sauf en France, où la filière photovoltaïque a perdu la moitié de ses emplois depuis 2011. Que s’est-il passé alors que, dans les années 1970, la recherche photovoltaïque française était l’une des plus performantes au monde ? Qui a peur du développement de l’énergie solaire en France ?

En partant à la rencontre d’entrepreneurs, de chercheurs, d’autoconsommateurs, cette enquête questionne le modèle énergétique hexagonal : nucléaire contre renouvelable ; système centralisé contre producteurs autonomes ; monopole d’État contre ouverture à l’autoconsommation.

Un film dans lequel on (re)découvre que le dessinateur Jean-Marc Reiser fut un promoteur enthousiaste de l’énergie photovoltaïque…

En replay gratuit pendant 7 jours sur pluzz.fr à partir du 25 octobre.


- Les Voleurs de feu, un film-documentaire de Brigitte Chevet, une coproduction Vivement Lundi ! / France Télévisions, 52’, 2016.

Source : courriel à Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : L’énergie solaire n’est pas toujours écologique
29 mai 2017
Grippe aviaire : le système industriel en est responsable, affirment les éleveurs fermiers
Reportage
23 mars 2017
Des villages du Gard démontrent que l’accueil des réfugiés est possible et vitalisant
Alternative
27 mai 2017
Vrai ou faux, l’acacia est un austère qui aime les friches
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Brigitte Chevet