Plastiques et phosphore polluent gravement les océans

Durée de lecture : 3 minutes

21 février 2011 / Jean-Luc Goudet (Futura Sciences)

Le Programme des Nations unies pour l’environnement révèle que le plastique et le phosphore sont devenus des causes majeures de pollution des océans.


Débris de matières plastiques et émissions de fertilisants au phosphore représentent un vrai danger pour l’océan mondial : c’est ce que met en avant le dernier rapport du PNUE, Programme des Nations unies pour l’environnement.

C’est un plaidoyer pour une « transition vers une économie verte » qui figure dans le dernier rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement, publié cette semaine et que l’on peut lire dans sa version en anglais, UNEP Yearbook 2011. L’organisme (qui dépend de l’ONU) rappelle l’influence de l’activité humaine sur les modifications du climat et les engagements pris au sommet de Cancún. Il souligne aussi les effets de la pollution sur la santé humaine et notamment sur sa contribution possible aux maladies auto-immunes comme le diabète de type 1, la sclérose en plaques et la polyarthrite rhumatoïde.

Le rapport insiste aussi sur deux maux qui affectent aujourd’hui l’océan : l’accumulation de débris de matières plastiques et le largage dans la mer des composés phosphorés servant d’engrais pour l’agriculture. Les conséquences de ces deux paramètres seraient actuellement sous-estimées.

Recyclable et renouvelable : deux mots pour moins de maux

Entre 1950 et 2008, la production de plastique a suivi une courbe exponentielle, passant par exemple de 100 millions de tonnes (pour les produits les plus courants) en 1990 à plus de 250 millions en 2008. La production a alors chuté à 230 millions de tonnes en 2009, à cause de la crise économique, explique le PNUE. Le recyclage des matières plastiques est en développement mais varie beaucoup selon les pays : en Europe, les meilleurs élèves atteignent 84 % de la production et les plus mauvais seulement 25 %.

Et ce qui n’est pas recyclé finit en général dans l’océan. Les zones de concentrations de déchets plastiques dans l’océan sont désormais célèbres, même si leur ampleur fait débat. On sait que cette accumulation de débris n’est pas le seul danger. Devenus minuscules par fragmentation, ces déchets constituent de dangereux polluants pour les organismes marins. Les « microplastiques », affectant jusqu’au plancton, s’insèrent dans la chaîne alimentaire et pourraient remonter jusqu’à l’alimentation humaine.

Le rapport s’intéresse aussi à la production de phosphore, en grande partie destinée aux engrais phosphatés, qui a crû de manière explosive ces dernières décennies. Une première conséquence est l’eutrophisation des milieux aquatiques. Une étude de 2009 citée par le rapport (Eutrophication of U.S. Freshwaters : Analysis of Potential Economic Damages, Dodds et al., 2009) estime le coût de cette pollution aux États-Unis (dans les eaux douces) à 2,2 milliards de dollars par an (1,6 milliard d’euros).

Cette production énorme et grandissante pose aussi la question d’une possible pénurie. Alors que la principale source est longtemps restée le fumier, l’extraction dans des mines domine depuis les années 1960 et atteint aujourd’hui environ 20 millions de tonnes contre 3 millions pour le fumier. Le rapport détaille les études actuelles, débattues, sur l’avenir de la production de phosphore depuis les ressources géologiques non renouvelables.

Recyclage des plastiques et techniques agricoles plus durables semblent donc des pistes à suivre pour le PNUE.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.futura-sciences.com/fr/n...

Lire aussi : La marée noire, un choc pour les mammifères marins



SUIVEZ NOUS

NOUS CONTACTER

CLIQUER ICI
Tel : 01 88 33 57 55
Adresse :
. Rédaction : Reporterre c/o La Ruche, 24 rue de l’Est, 75020 Paris.
. L’association : La Pile c/o La Ruche, 24 rue de l’Est, 75020 Paris.
LA LETTRE

Une fois par jour ou par semaine, la sélection de Reporterre dans votre boîte mail :

S'abonner aux lettres d'info
© 2019 Reporterre - tous droits reservés. Mentions légales      · Plan     ·     Contact