Plus de dix mille manifestants contre le gaz de schiste

Durée de lecture : 3 minutes

26 février 2011 / Hugo Di Zazzo (AFP)

Samedi 26 février, plus de dix mille personnes se sont retrouvées à Villeneuve-sur-Berg, en Ardèche, pour refuser la recherche de gaz de schiste.


VILLENEUVE-DE-BERG (Ardèche) — Plusieurs milliers de personnes, dont José Bové, ont convergé samedi en Ardèche pour le premier rassemblement national contre l’exploitation du gaz de schiste, malgré l’annonce par la ministre de l’Environnement de la suspension des travaux.

Derrière le slogan « No gazaran », entre 10.000 (selon la préfecture) et 20.000 personnes (d’après les organisateurs) ont fait, le temps d’un après-midi, du petit bourg de Villeneuve-sur-Berg l’épicentre de l’opposition croissante à l’exploitation de ce gaz emprisonné à 3.000 mètres sous terre.
A pied, à vélo, en poussette, en voiture ou en autocar, une foule bigarrée et bon enfant, venue de tout l’Hexagone, s’est rassemblée sur une aire de repos au bord de la route nationale, interdite à la circulation, pour dire « Stop au gaz de schiste ».

En contrebas, la plaine de Mirabel, des fermes, des vignes, des cultures, un camping. Au loin, les montagnes si chères à Jean Ferrat. Ici, « ils risquent de forer deux puits » et d’ériger une torchère, pour brûler les gaz, explique Guillaume Vermorel, spéléologue et l’un des initiateurs du rassemblement.
« Ils » ? Les industriels Schuepbach Energy et GDF-Suez qui ont obtenu un permis pour explorer 930 km2 autour de Villeneuve. Deux autres permis, dits de Nant (Aveyron) et Montélimar (Drôme), ont été accordés en mars 2010 par les services de l’ancien ministre de l’Environnement, Jean-Louis Borloo.

Devant la fronde grandissante des élus locaux et régionaux, des riverains et des écologistes, Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé début février la suspension des travaux d’exploration dans l’attente des conclusions d’une mission d’évaluation des enjeux environnementaux, en juin.
Principales inquiétudes des opposants : la pollution des nappes phréatiques et les dégâts sur les activités rurales et touristiques.

Pour extraire ce gaz, il faut effectivement forer des puits tous les 200 mètres et y injecter des millions de m3 d’eau additionnée de sable et de produits chimiques afin de libérer les particules gazeuses. Même « la collectivité n’a rien à y gagner, sauf qu’elle devra entretenir les routes abîmées par les camions », insiste M. Vermorel.

Pour José Bové, député européen Europe Ecologie, fer de lance de la contestation et présent au rassemblement, l’exploitation de ces gisements pose la question du « gaspillage énergétique ». « Il est temps de se demander comment on rend l’énergie plus efficace, renouvelable et non destructrice de l’environnement », plaide l’ancien du Larzac.

A ses yeux, il n’y a qu’une issue à la mobilisation, née en quelques semaines seulement « du mépris des citoyens et des élus » par le gouvernement et des entreprises qui « jouent aux apprentis sorciers » : l’abrogation des permis.

Pour appuyer leur combat, les différents collectifs départementaux se sont par ailleurs constitués samedi matin à Valence en coordination nationale.

Dans la foule, barbe blanche et cheveux longs, Alain Gibert, maire écologiste de Rocles, estime qu’« il se passe la même chose qu’avec les OGM : les populations ne sont pas consultées ». Et les maires non plus. Alors, dans sa commune ardéchoise de 240 habitants, il a pris, comme contre les OGM, un arrêté pour interdire l’exploitation de ce gaz.

A ce jour, la préfecture ne l’a toujours pas contesté. Et la culture des OGM est interdite en France.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.google.com/hostednews/af...

Complément d’infos : Le témoignage sur place de Corinne Morel Darleux

Lire aussi : Le code minier vient d’être réformé pour faciliter l’exploitation

27 mars 2020
En Afrique, l’Europe et la France ont attisé la déforestation
Enquête
27 mars 2020
Les Amap, îlots de lien social dans l’océan du confinement
Alternatives
27 mars 2020
Le monde qui vient n’a rien d’une utopie, c’est un cauchemar
Tribune