Pour un Premier mai écologique

Durée de lecture : 3 minutes

30 avril 2010 / Bizi

Manifester non pour des hausses de salaires, mais pour une autre société, où l’on répartit mieux et travaille autrement.


Perdre sa vie à la gagner ?

Travailler le dimanche, travailler plus d’années pour financer les retraites, travailler plus pour gagner plus.

Travailler plus... Essaie-t-on seulement de comprendre ce que cela peut vouloir dire, au delà du stress, de la fatigue, de l’usure de nos corps et de nos têtes, ce dont ce « toujours plus » est responsable ?

Travailler plus, c’est consommer plus d’énergie, de matières premières, plus de ressources diverses, rejeter plus de déchets et de pollutions.

Un mode de vie insoutenable :

Tout le monde sait aujourd’hui que le mode de vie d’un français moyen « consomme » l’équivalent de trois planètes. Or, nous n’en n’avons qu’une !

Ce que nous prélevons en trop, nous le faisons au détriment des pays du sud, au détriment de nos enfants et de nos petits enfants, en mettant sérieusement en danger l’existence même de conditions de vie civilisées sur terre.

Nous ne pouvons pas continuer comme ça. Nous n’en n’avons tout simplement pas le droit.

Pour s’attaquer à la pauvreté, au chômage, aux problème des retraites (proportionnellement moins d’actifs pour financer les revenus de plus de retraités), il faut s’appuyer sur d’autres logiques que celle du « travailler plus », écologiquement criminel, socialement inefficace et moralement inacceptable.

Nous devons recentrer le débat politique, orienter les mobilisations sociales et syndicales autour du « répartir plus et produire autrement ».

Produire autrement :

Produire autrement, c’est mettre fin aux productions inutiles, écologiquement nuisibles. C’est privilégier le collectif à l’individuel (au niveau transports, logement , loisirs, équipements divers) et en finir avec l’obsolescence programmée des produits (devant être rapidement jetés, remplacés, ne pouvant pas être réparés etc...). C’est également regagner du terrain sur la marchandisation chaque jour croissante de nos vies et de nos sociétés, avec comme première des batailles le refus du travail le dimanche.

Répartir plus :

Répartir plus, en réduisant et partageant le travail pour en finir avec le chômage, facteur d’exclusion sociale. Pour que les réductions de productions inutiles et nuisibles soit possibles sans aggravation de ce chômage.

Répartir plus les richesses produites, par exemple pour résoudre le problème des retraites : pour maintenir le taux en cours de retraite avec un PIB qui n’augmenterait plus d’ici 2050, il faut prélever autour de 4 points de PIB. Ce chiffre est à comparer avec l’explosion des dividendes des actionnaires, du capital financier, qui sont passés de 3,2 % du PIB en 1982 à 8,5 % en 2007. Où est donc ce terrible problème des retraites dont on nous rabat les oreilles ? Dans un choix politique, qui se résume à la question suivante : appauvrit-on les retraités, ou les actionnaires de la bourse ?

Cortège festif et combatif le 1er Mai à Bayonne :

Nous devons remplacer le « travailler plus pour gagner plus » par le « répartir plus et produire autrement ». Cela nécessite à la fois un combat sur le terrain des idées, du débat, et des luttes s’inscrivant concrètement dans cette logique d’urgence à la fois écologique et sociale.

C’est le cas aujourd’hui du combat contre l’ouverture des grandes surfaces le dimanche ou de la lutte des cheminots contre le démantèlement du Fret ferroviaire.

Il faut plus que jamais encourager cette voie là du combat syndical et social, et pour faire reculer le gouvernement et le MEDEF dans leur offensive criminelle contre nos vies et notre société.

Nous avons nos vies à gagner, et le monde de nos enfants à préserver. Ce combat est essentiel : soyons nombreux(ses) à animer le cortège festif et combatif organisé par Bizi ! pour défendre le « répartir plus et produire autrement » au sein du mouvement social et syndical local.

........................................................

Signataires :

Xabi Betelu, ouvrier ; Bart Camedes-Casse, intérimaire ; Xalbat Daguerressar, langile ; Fabienne Deyris, médecin ; Mendi Esteban, étudiante ; Marie-Pierre Lamarque, employée ; Magali Lartigue, employée ; Marie Larzabal, chômeuse ; Eric Lecoutre, employé ; Adrien Pinsolle, chômeur ; Jean-Louis Piquet, retraité ; Patxi Quéheille, professeur des écoles ; militant(e)s de Bizi !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.bizimugi.eu/?p=1642

Lire aussi : Pour la semaine de quatre jours http://www.reporterre.net/spip.php?...

18 juillet 2019
Élisabeth Borne, une « travailleuse acharnée » pas « écolo convaincue » au ministère de l’Écologie
Info
15 juillet 2019
Le 20 juillet, une marche pour soutenir le « combat Adama » et « riposter à l’autoritarisme »
Tribune
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage




Du même auteur       Bizi