Quand les mégafeux détruisent la planète

Durée de lecture : 1 minute

26 août 2019



Incendies en Sibérie, en Californie, en Amazonie.. Les feux de forêt prennent depuis quelques années une ampleur telle qu’ils en viennent à changer de nature : nous avons désormais affaire, un peu partout dans le monde, à des « mégafeux ». D’une étendue sans précédent, nul ne parvient à les arrêter.
À l’heure de la crise écologique, ils révèlent l’ambiguïté fondamentale du rapport que nous entretenons aujourd’hui avec la nature. Une nature à la fois idéalisée, bonne en soi, à laquelle il ne faudrait pas toucher mais que l’on s’évertue à vouloir dominer.

En cela, les mégafeux sont le symptôme d’une société malade. Un symptôme qui devrait nous pousser à repenser la manière dont nous dialoguons avec une « nature » qui n’est jamais que le résultat des soins attentifs que les êtres humains prodiguent, depuis des millénaires, à leur environnement. C’est cette attention qu’il est urgent de retrouver.

  • Quand la forêt brûle. Penser la nouvelle catastrophe écologique, Joëlle Zask, 180 pages, 18 €, éd. Premier parallèle.



15 juillet 2020
Répression antinucléaire : « J’ai été envahie dans mon refuge, sans motif légitime »
Tribune
16 juillet 2020
Pour une écologie de la musique vivante
Tribune
16 juillet 2020
Malgré la déforestation en Amazonie, l’Europe veut signer le traité avec le Mercosur
Info