Quand une centrale à biomasse nourrit un roman

Durée de lecture : 1 minute

6 septembre 2018 / André Bucher

André Bucher, dans son roman « Un court instant de grâce », conte le réveil d’une vallée par l’arrivée d’entrepreneurs bien décidés à décimer la forêt environnante pour nourrir un gargantuesque projet de centrale à biomasse.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Avec la complicité des saisons et des éléments qui ne comptent pas se plier aux règles que les hommes croient leur imposer, Émilie s’occupe tant bien que mal d’une terre qui se mérite, dernière gardienne des lieux depuis la mort de son mari et le départ de son fils. Ce quotidien solitaire bascule avec le retour providentiel de son amour d’enfance, Victor, et l’arrivée d’entrepreneurs bien décidés à décimer la forêt environnante pour nourrir un gargantuesque projet de centrale à biomasse ironiquement loué comme écologique.

S’ensuivra une lutte, un réveil de la vallée et de ses protagonistes qui se pensaient endormis, entre intérêts politiques, prises de conscience, paresse intellectuelle et résistances acharnées. Chacune et chacun jouera son rôle et donnera au récit sa force, à l’image de l’indomptable montagne de Palle qui domine les lieux et tire sa beauté de ses contrastes.



27 janvier 2020
« Nous appelons à des luttes locales et coordonnées contre les projets industriels »
Tribune
25 janvier 2020
Contre les feux australiens, les collectes de solidarité font caisses pleines
Info
25 janvier 2020
L’écologie n’est pas une religion mais une politique de la responsabilité
Tribune