Reconstituer le grand cercle des vivants

Durée de lecture : 2 minutes

19 juin 2020 / Patrick Fischmann



Le conteur Patrick Fischmann rameute quarante années d’expérience pour réveiller notre sentiment de compagnonnage à l’égard de toutes les espèces vivantes.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Et si les blessures de l’orme et du platane, si le long cri des abeilles et la soif de l’humus témoignaient des vertus que nous avons follement gâchées ou égarées ? Et si les écorces altérées, les canopées privées d’oiseaux, les ruches sinistrées nous racontaient la sombre histoire de nos dons déchus et de nos richesses abandonnées au profit des désirs rapaces et des privilèges insensés accordés à notre seule espèce ? Et si l’on retrouvait un chemin d’unité pour réunir les étincelles perdues et reconstituer le grand cercle des vivants ? En recueillant l’Homélie des silencieux l’auteur a rencontré des alliés invisibles vigoureux, des héros dont le patriarcat et l’oligarchie destructeurs de la nature ignorent l’existence. Cette aide légendaire inspirée par les voies mystérieuses de la fantaisie est saisissante. Une voix s’offre à nous inhabituelle et salutaire, un flot poétique qui nous emporte pour prendre soin du monde.

Après les Contes des sages gardiens de la terre (Seuil) et l’Homme naturé (dif. Mazeto Square), Patrick Fischmann rameute quarante années d’expérience pour réveiller notre sentiment de compagnonnage à l’égard de toutes les espèces vivantes.

Fondateur du Théâtre du Vivant, barde, écrivain, infatigable passeur, il poursuit sa quête d’une poétique de la métamorphose.

Je me suis mis en jachère, offrant le repos de mes champs et le répit de mon chant à l’assemblée généreuse de ceux qui endurent ou disparaissent, rassemblant les dons encore vivaces en récoltant la manne des silencieux. Quand j’aurai recueilli toutes les mélodies, je serai la bouche de la nature, la voix des pierres, des arbres, et des animaux muets. J’aurai retrouvé ma parentèle verdoyante et je marcherai au côté des esprits de la nature. Je pourrai reprendre ma lyre et rire face au soleil levant. Je me ferai à nouveau vent, tilleul et cascade, je rassemblerai toutes les étincelles perdues. »

L’Homélie des silencieux, de Patrick Fischmann, distribution Mazeto Square, parution le 22 juin 2020, 220 p., 20€




3 mars 2021
Quatre espèces d’arbres sur dix sont menacées de disparition
Tribune
20 janvier 2021
Culture du café : la technologie contre les paysans
Tribune
19 janvier 2021
Lettre du bocage : « Nous ne supportons pas d’être gouvernés par la peur »
Tribune




Du même auteur       Patrick Fischmann