Renault invente le 4x4 écolo super-polluant

Durée de lecture : 2 minutes

27 avril 2010 / Agnès Rousseaux / Basta


« Un 4x4 respectueux de l’environnement à un prix jamais vu », annonce sur Google le lien commercial de la société Dacia. Cette filiale de Renault vient de sortir son nouveau 4x4 « low cost », le Duster. La publicité n’est pas du goût de l’association Agir pour l’Environnement, qui dépose plainte auprès de l’Autorité de régulation des professionnels de la publicité : « La société Dacia instrumentalise le respect de l’environnement pour vanter les mérites de son nouveau 4x4, dont les émissions de CO2 peuvent aller jusqu’à 177 grammes de CO2 par kilomètre parcouru (...), soit un rejet de CO2 dépassant les 200 grammes en zone urbaine. » Selon les normes françaises, un véhicule doit émettre moins de 125 g/CO2 pour bénéficier du bonus écologique. Pour l’administration fiscale, le Duster n’est donc pas un véhicule propre.

Fan de Claude Allègre

Agir pour l’Environnement dénonce la stratégie « climaticide » de Dacia. Elle réclame « l’interdiction de cette communication mensongère » aux slogans « abusifs » qui « induisent en erreur les internautes et consommateurs » . L’association regrette également l’absence d’efficacité du système d’autorégulation de la publicité, qui laisse passer ce genre de campagne « d’écoblanchiment », et réclame « la création d’un organisme étatique de contrôle de la publicité permettant de sanctionner, a priori, les errements multiples et répétés des professionnels de la publicité ».

Alors que Renault vante sur son site « les ailes élargies, l’imposant bandeau de calandre chromé ainsi que le bouclier protecteur [qui] ne laissent aucun doute sur les gènes 4X4 de Dacia Duster », les Greenwashers lui ont réservé un accueil agité. Ces «  spécialistes en verdissement écologique » ont détourné le nom de domaine www.duster.fr que Renault avait oublié de déposer. Ils ont aussi opéré un « verdissement » du stand de Dacia lors du Salon de l’auto de Genève, sous les slogans « Vive la croissance verte ! » et « Fan de Claude Allègre ! ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.bastamag.net/article998.html

Lire aussi : Le gouvernement fait un nouveau cadeau aux sociétés d’autoroutes http://www.reporterre.net/spip.php?...

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage