Scierie du Morvan : Montebourg trahit sa promesse

Durée de lecture : 2 minutes

9 juillet 2013 / Camille Martin (Reporterre)

Le ministre du Redressement productif avait promis de recevoir les citoyens opposés au projet de scierie industrielle Erscia, dans le Morvan. Promesse trahie : il leur envoie une lettre leur disant qu’il n’a pas le temps de les écouter.


Ce pourrait être rien du tout, un rendez-vous refusé, une promesse de ministre vite oubliée, le tout-venant politique. Mais voilà : dans la Nièvre se discute depuis des années un des projets majeurs d’industrialisation de la forêt française, et depuis des années, des citoyens s’y opposent, décortiquent le dossier, montrent qu’il est mal fagoté. Leur argumentation est confortée par des fédérations professionnelles qui disent, elles aussi, que le projet de scierie industrielle d’Erscia est démesuré et fragilisera les emplois locaux.

Le 20 mai dernier, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, gravit le Mont Beuvray avec son entourage et des journalistes. Des associatifs d’Adret Morvan le rejoignent, et la discussion s’engage. Elle est filmée et enregistrée, comme on peut le voir, le lire et l’entendre ici.

A plusieurs reprises, le ministre dit qu’il recevra ses interlocuteurs pour discuter du projet et de leurs propositions. On se sépare.

Mais quelques semaines plus tard, la lettre du ministre arrive : c’est non, il n’a pas le temps de recevoir les citoyens du Morvan.

Une petite trahison, une trahison de plus. Qui explique pourquoi, de plus en plus, les citoyens ne croient plus ces “responsables" qui ne les écoutent pas, mais qui entendent si bien les financiers et les patrons des multinationales.

Voici la lettre envoyée le 11 juin 2013 par le chef de cabinet de M. Montebourg

"Monsieur,

Vous avez bien voulu solliciter un entretien avec M. Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement productif, afin d’évoquer le projet de l’entreprise Erscia-France d’implanter un pôle bois industriel à Sardy-lès-Epiry, dans la Nièvre.

C’est avec attention que le Ministre a pris connaissance de votre demande. Il m’a chargé, par ailleurs, de vous assurer qu’il a bien noté les éléments que vous lui avez communiqués.

Malheureusement, les contraintes de son emploi du temps ne lui permettent pas de vous recevoir. Croyez bien qu’il le regrette.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée,

Christophe Antoine".



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin pour Reporterre.

Ecouter aussi : Pourquoi vous opposez-vous au projet de bois industriel du Morvan ?



Documents disponibles

  Sans titre
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête
14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)