Ségolène Royal veut un moratoire sur Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 2 minutes

3 octobre 2011 / Le Télégramme

La candidate aux primaires socialistes a demandé samedi 1 octobre un moratoire sur le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.


Ségolène Royal, candidate à la primaire socialiste, a jeté ce samedi 1 octobre 2011 un véritable pavé dans la mare de François Hollande, ou plutôt de l’un de ses soutiens, le maire socialiste de Nantes Jean-Marc Ayrault en demandant un « moratoire » et la réouverture de l’enquête publique sur le projet contesté de futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, entre Rennes et Nantes.

« Oui, je vous dis très clairement : je prendrai la décision de réouvrir l’enquête publique sur cet aéroport » en cas d’élection à l’Elysée, a déclaré Ségolène Royal, lors d’un débat Terra Nova/AFP/Nouvel Observateur/Dailymotion, organisé ce samedi à Nantes.

La candidate à la primaire socialiste a indiqué qu’elle souhaitait un « moratoire » sur la concession du projet par l’Etat au groupe BTP Vinci, signée fin 2010, sous les applaudissements des 200 à 300 personnes présentes, pour la plupart des soutiens de la candidate à la présidentielle de 2007.

Des élus qui ne « veulent pas perdre la face »

« Je sais bien quel est l’engagement du maire de Nantes et du président de région », a-t-elle ajouté en référence à Jean-Marc Ayrault, soutien de François Hollande, et Jacques Auxiette, qui appuient le projet. « Tout se passe comme si chacun ne voulait pas bouger pour ne pas perdre la face », a ajouté la présidente de la région voisine du Poitou-Charentes, rapporte PresseOcéan.fr.

Ségolène Royal a invité « les partenaires à se mettre autour de la table, pour voir si la conception de cet équipement, son lieu d’implantation, son impact, son coût corespondent à vraiment à l’intérêt économique du territoire ».

« Des débats maintes fois tranchés » selon Jean-Marc Ayrault

« Ségolène Royal tente de rouvrir, au coeur de la primaire, des débats qui ont été maintes fois tranchés », ont commenté dans un communiqué commun Jean-Marc Ayrault et Jacques Auxiette.

De leur côté, les écologistes d’EELV ont pris « connaissance avec un vif intérêt » de sa position, saluant ses arguments sur le « coût financier » et « l’impact écologique ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.letelegramme.com/ig/gene...

Ecouter aussi : François Bayrou, pourquoi êtes-vous opposé à l’aéroport de Notre Dame des Landes ?

29 juillet 2019
L’été, au loin
La vie de Reporterre
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito




Du même auteur       Le Télégramme