Sergio Bello

Durée de lecture : 3 minutes

7 avril 2013 / par Villalard



Exposition VERS LE VERT
Sérgio Bello
45 ans de créations (1968 – 2013)

Du 5 avril au 25 mai 2012, à la Galerie Ricardo Fernandes, Paris.


image : Les enfants terribles

L’artiste Sérgio Bello

Originaire de Recife (Nord-Est du Brésil), Sérgio Bello vit à Paris depuis 1978. Peintre et plasticien reconnu, il débute sa carrière dans son pays natal où il rencontre un vif succès qui le mène à poursuivre ses études et son travail à Paris. Artiste engagé, ses oeuvres traduisent ses préoccupations sociales et environnementales et nous invitent à la découverte d’une nature tropicale en agitation, où la faune et la flore nous interpellent sur l’urgence d’une prise de conscience écologiste.

Texte de l’artiste

Vers le Vert

Profondément indigné par le cruel manque de Vert dans notre société, toute mon oeuvre picturale témoigne de ma colère - Le Vert est un idéal, et vous l’avez oublié. Je porte en moi une graine verte, couleur de l’espérance, une graine qui va éclore en une jeune plante, chlorophylle vert tendre, rêvant de lumière, promise au miracle de la photosynthèse, cri-vert, destiné à s’ouvrir en un bourgeon rouge-vermillon.

Je me rêve en jardinier aux doigts verts qui chercherait à infuser de l’art dans la chimie. Mon atelier-pépinière se fait orangerie, haute en couleurs, des couleurs belles et rebelles, qui interpellent notre destinée commune. Je ne cesse de semer des toiles et des polyptyques naturalistes pour arroser la « Terre-Mère » d’éloges affables. Je cultive notre « Pacha-Mama » dans mes enluminures où verdissent d’exquises beautés, illuminées comme celles des livres anciens.

D’où ma révolte : mes « éco-enluminures » sont des icônes en cris, en écho logique aux souffrances de la nature. Dans toutes mes oeuvres actuelles, la sève coule, mais en ruisseaux de larmes.

Qu’on se rappelle que les premières cellules vivantes sont nées probablement dans l’eau et ont évolué vers des formes de plus en plus complexes. Les premières formes chlorophylliennes furent les algues vertes. Unicellulaires nous étions, avant d’être poissons, avant d’être singes. Verts, invertébrés et vertébrés ont germé ensemble. Les algues vertes sont nos soeurs-aquatiques. Elles ont inventé l’intelligent processus de captation des rayons solaires.

Le Vert, couleur de la connaissance. Le Vert est donc sorti des eaux. Le Vert a gagné les berges. Le Vert s’est ancré sur terre par des racines bien profondes. Il a formé des forêts primitives, des jungles, des séquoias gigantesques. Nous sommes tous issus d’un arbre généalogique. Nous avons les mêmes troncs familiaux, les mêmes branches familières et les mêmes racines premières.

Envers et contre tout, allons vers le Vert comme vers notre Bien commun.
Que la Biosphère atteinte par le vertige survive par la vertu des hommes. Que le Vert insuffle sa note aux versets des poètes. Que les vers de terre cheminent, sous terre, pour aérer la terre et pour faire pousser les racines ! Et que des grandes verrières, en verres polychromes, comme les plantes, s’élancent verticales vers la lumière !

Sérgio Bello

Mandala

...........................................................................

Vernissage : 4 avril 2012, de 18H à 21H
Dates : du 5 avril au 25 mai 2012
Horaires : du mardi au samedi, de 11H à 19H
Lieu : Galerie Ricardo Fernandes
Adresse : 7 rue Vertbois Paris France
Métro : Temple / Art et Métiers / République
Bus : 20, 56, 65 et 75

Info : www.ricardofernandes.biz






Source : Courriel à Reporterre de Sergio Bello

Première mise en ligne le 26 mars 2013.

Photo : La Critique

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre

25 septembre 2020
« Lubrizol nous a salis » : un an après l’incendie, des Rouennais témoignent
Reportage
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
24 septembre 2020
Fragilisé par la sécheresse et le Covid, le nucléaire a besoin du charbon
Info


Du même auteur       Villalard