Shell reprend les forages en mer en Guyane

Durée de lecture : 2 minutes

4 janvier 2013 / leparisien.fr


Après un forage infructueux l’an dernier au large de la Guyane, la compagnie pétrolière Shell a indiqué jeudi 3 janvier que sa campagne d’exploration pétrolière au large du département d’outremer se déroulait comme prévu, avec le lancement ces jours-ci d’un deuxième forage.

« Le navire de forage s’est déplacé sur la zone du nouveau forage fin décembre afin d’être en position pour démarrer le forage début janvier », a déclaré à l’AFP une porte-parole de Shell France, confirmant des informations du Bulletin de l’industrie pétrolière (BIP).

Ce nouveau forage devrait être le premier d’une série de trois programmés cette année dans le cadre de la campagne de prospection menée par Shell et ses partenaires.

Un précédent forage effectué l’an dernier par la filiale du géant pétrolier anglo-néerlandais, devenu il y a un an l’opérateur du permis de recherche d’hydrocarbures au large de la Guyane, avait fait chou blanc.

Il avait été foré à quelques kilomètres d’un premier puits exploratoire creusé en 2011 par le précédent opérateur du permis, le groupe britannique Tullow, qui avait effectué à cette occasion une importante découverte de pétrole.
Cette découverte initiale a fait miroiter d’énormes retombées économiques potentielles pour la Guyane, qui est l’un des départements les plus pauvres de France, même si l’exploitation de pétrole ne devait pas démarrer quoiqu’il arrive avant la fin de la décennie.

Mais l’exploration pétrolière alimente les craintes d’écologistes pour l’écosystème fragile des côtes guyanaises.

La prospection pétrolière au large de la Guyane a été motivée par les importantes découvertes d’or noir réalisées au cours de la dernière décennie au large des côtes sud-est du Brésil. Des gisements géants y ont été détectés à de grandes profondeurs, sous d’épaisses couches de sel, propulsant le Brésil au rang de puissance pétrolière.

Shell détient 45% des parts du permis dit de Guyane Maritime, renouvelé début 2012 pour quatre ans, devant la compagnie britannique Tullow Oil (27,5%), qui en était jusque-là l’opératrice, et le géant pétrolier français Total (25%). Restent 2,5% partagés à égalité entre deux autres sociétés britanniques, Northern Petroleum et Wessex.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Le Parisien.fr

Lire aussi : Guyane : l’exploration de pétrole a commencé

21 octobre 2019
Face à l’acharnement judiciaire, le Comité Adama tisse des liens avec d’autres luttes
Info
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
21 octobre 2019
Extinction Rebellion, peu politique ? « Nous avons occupé le centre de Paris pendant cinq jours ! »
Tribune




Du même auteur       leparisien.fr