Sotchi, la ville des Jeux Olympiques, ville fantôme

Durée de lecture : 1 minute

6 mai 2014 / Buzzly

Les Jeux Olympiques, vous vous rappelez ? C’était… il y a deux mois. Et maintenant, Sotchi, qui accueillit les Jeux les plus chers de l’histoire, est devenue une ville fantôme. Glaçant.


Il n’y a encore que quelques semaines, le monde entier s’était donné rendez-vous à Sotchi, ville russe qui a accueilli les derniers Jeux Olympiques d’hiver, et aussi les plus chers de l’Histoire.

Partie de pas grand chose, Sotchi est vite devenue plus ou moins une vraie ville, après des investissements à hauteur de 36 milliards d’euros pour pouvoir être le carrefour du monde entier, le temps de quelques jours. Mais que reste-t-il aujourd’hui de Sotchi, maintenant que chacun a retrouvé son pays et que l’engouement autour de cette ville est retombé ?

Rien ! La ville est devenue déserte, fantôme, vide à en croire les photos prises par Alexander Valov. Un beau gâchis aux allures de caprice de riche pour un certain président. N’est-ce-pas Vlad ?


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Buzzly

Lire aussi : Les Jeux olympiques de Sotchi battent déjà le record du dégât écologique

20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête