Faire un don
80255 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
67 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Trois millions d’hectares en Amazonie menacés par l’exploitation pétrolière

Durée de lecture : 4 minutes

26 février 2013 / Paroles de Nature

Les entreprises françaises vont-elles participer à l’exploitation pétrolière de l’Equateur ? Les indiens Sarayaku les implorent de ne pas le faire.


Des concessions pétrolières pourraient être accordés sur plus de 3 millions d’hectares de forêt primaire amazonienne. Les peuples et nationalités indiennes qui vivent sur les territoires ancestraux concernés s’opposent fermement au 11e appel d’offre et appellent à la conscience des entreprises pétrolières françaises.

Ce mardi 26 février, à Paris Hôtel Marriott Rive Gauche (17 Boulevard Saint-Jacques, 75014 Paris à partir de 8h00), en présence de Wilson Pastor, ministre équatorien des Ressources Naturelles Non Renouvelables, [les entreprises françaises sont conviées à prendre part au [11e appel d’offre pétrolier lancé par l’équateur sur le centre-sud de l’Equateur lien (voir aussi.

Carte 11e appel d’offre.

Carte peuples et nationalité indiennes concernées.

Pourquoi les peuples et nationalités indiennes s’opposent à cet appel d’offres ?

- Une atteinte à leurs droits collectifs garantis par la Constitution et les Traités Internationaux relatifs aux Droits Humains.

- Le processus de "consultation" des peuples indiens, ne respecte pas les standards internationaux relatifs à la Consultation Préalable, Libre et Informée (CPLI) établis par la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) lors de la sentence du « Cas Sarayaku » en juillet 2012.

................................................................................

LETTRE OUVERTE DE LA CONFEDERATION DES NATIONALITES INDIGENES DE L’AMAZONIE EQUATORIENNE À LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET AUX ENTREPRISES PETROLIERES PUBLIQUES ET PRIVEES

La Confédération des Nationalités Indigènes de l’Amazonie Equatorienne (CONFENIAE) et nos alliés de la Nation Achuar d’Equateur (NAE), la Nation Shiwiar, Sapara, Shuar, le peuple ancestral de Huito, le peuple originaire Kichwa de Sarayaku (TAYJASARUTA), l’association des Femmes Waorani d’Equateur, exprimons notre refus catégorique du processus de promotion internationale du 11e appel d’offre pétrolier, qui concerne le centre-sud de l’Amazonie équatorienne, qui affectera nos territoires ancestraux.

Demande d’annulation du 11e appel d’offre pétrolier

Lors de nos déclarations antérieures, nous avons exigé l’annulation de l’appel d’offre pétrolier car il représente une atteinte à la nos droits collectifs garantis par la Constitution et les Traités Internationaux relatifs aux Droits Humains.

Nous demandons aux entreprises pétrolières publiques et privées du monde entier de NE PAS PARTICIPER au 11e appel d’offre pétrolier, ce projet pétrolier affecte les territoire ancestraux indigènes ce qui constitue une violation des droits de sept nationalités indigènes d’Equateur.

Non respect de la Consultation Préalable, Libre et Informée

La « socialisation » du projet pétrolier réalisée dans les communautés, qui se veut être une Consultation Préalable des peuples et nationalités concernées, ne respecte pas les standards internationaux relatifs à la Consultation Préalable, Libre et Informée établis par la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme lors de la sentence du « Cas Sarayaku », sentence qui n’a pas encore été prise en compte par l’Etat Equatorien. Ce qui démontre bien que les projets pétroliers ne respectent pas les droits des communautés indigènes. L’histoire se répète...

Nous appelons la communauté internationale à nous soutenir et à rester vigilants en se solidarisant avec les Peuples et Nationalités Indigènes de l’Amazonie Equatorienne afin que notre cosmovision, nos forêts tropicales et nos espace de vie, qui sont en danger à cause du 11e appel d’offre pétrolier, soient préservés et respectés.

Franco Viteri, Président de la Confédération des Nationalités Indigènes de l’Amazonie Equatorienne (CONFENIAE)
Jaime Vargas, Président de la Nationalité Achuar del Ecuador (NAE)
Fernando Santi, Président de la Nationalité Shiwiar del Ecuador (NASHIE)
Manari Ushigua, Président de Fédération Binacional Zapara Ecuador – Perú (FEBZEP),
Manuel Maiche, Président de la Nation Shuar del Ecuador (NASHE)
Darío Jaramillo, Président du Peuple Ancestral de Huito
José Gualinga, Président du Peuple Originaire Kichwa de Sarayaku
Manuela Ima, Présidente de l’Association de Femmes Waorani d’Equateur (AMWAE)
Francisco Shiki, Président de la Fédération Interprovinciale de Centres Shuar (FICSH)
Cristóbal Jimpikit, Fédération de la Nation Shuar de Pastaza (FENASHP)



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de Paroles de Nature

Photo : Picture of the day

Lire aussi : Le peuple Sarayaku d’Equateur voit sa cause progresser

24 juin 2019
6.000 activistes ont neutralisé le charbon allemand
Info
24 juin 2019
VIDEO et PODCAST - Les « 30 ans de l’écologie » pour celles et ceux qui n’y étaient pas
Info
22 juin 2019
En Allemagne, nous avons passé la nuit avec les activistes contre le charbon
Reportage




Du même auteur       Paroles de Nature