Un appel pour mettre au clair les causes de la dette

Durée de lecture : 3 minutes

30 octobre 2011 / Collectif pour un audit citoyen de la dette publique

« Avons-nous trop dépensé pour l’école et la santé, ou bien les cadeaux fiscaux ont-ils asséché les budgets ? Cette dette a-t-elle été contractée dans l’intérêt général, ou est-elle en partie comme illégitime ? Qui détient ses titres et profite de l’austérité ? »


Aujourd’hui 26 octobre, le Collectif national pour un audit citoyen de la dette publique publie son appel constitutif. Il invite tous les citoyens à signer cet appel et à s’engager dans la démarche de l’audit citoyen pour que la dette publique fasse enfin l’objet d’un vrai débat démocratique, au plan local, national et européen. Le Collectif pour un audit citoyen est composé d’une vingtaine d’organisations syndicales et associatives, et soutenu par plusieurs formations politiques. Il tiendra une conférence de presse à Nice, le 2 novembre à 12h, lors de l’alter-forum qui précèdera et contestera le G20.

Appel pour un audit citoyen de la dette publique

Écoles, hôpitaux, hébergement d’urgence… Retraites, chômage, culture, environnement... nous vivons tous au quotidien l’austérité budgétaire et le pire est à venir. « Nous vivons au-dessus de nos moyens », telle est la rengaine que l’on nous ressasse dans les grands médias. Maintenant « il faut rembourser la dette », nous répète-t-on matin et soir. « On n’a pas le choix, il faut rassurer les marchés financiers, sauver la bonne réputation, le triple A de la France ».

Nous refusons ces discours culpabilisateurs. Nous ne voulons pas assister en spectateurs à la remise en cause de tout ce qui rendait encore vivables nos sociétés, en France et en Europe. Avons-nous trop dépensé pour l’école et la santé, ou bien les cadeaux fiscaux et sociaux depuis 20 ans ont-ils asséché les budgets ? Cette dette a-t-elle été tout entière contractée dans l’intérêt général, ou bien peut-elle être considérée en partie comme illégitime ? Qui détient ses titres et profite de l’austérité ? Pourquoi les États sont-il obligés de s’endetter auprès des marchés financiers et des banques, alors que celles-ci peuvent emprunter directement et pour moins cher à la Banque centrale européenne ?

Nous refusons que ces questions soient évacuées ou traitées dans notre dos par les experts officiels sous influence des lobbies économiques et financiers. Nous voulons y répondre nous-mêmes dans le cadre d’un vaste débat démocratique qui décidera de notre avenir commun.

En fin de compte, ne sommes-nous plus que des jouets entre les mains des actionnaires, des spéculateurs et des créanciers, ou bien encore des citoyens, capables de délibérer ensemble de notre avenir ?

Nous nous mobilisons dans nos villes, nos quartiers, nos villages, nos lieux de travail, en lançant un vaste audit citoyen de la dette publique. Nous créons au plan national et local des collectifs pour un audit citoyen, avec nos syndicats et associations, avec des experts indépendants, avec nos collègues, nos voisins et concitoyens. Nous allons prendre en main nos affaires, pour que revive la démocratie.

......................................

Premiers signataires :

Marie-Laurence Bertrand (CGT),
Jean-Claude Chailley (Résistance sociale),
Annick Coupé (Union syndicale Solidaires),
Thomas Coutrot (Attac),
Pascal Franchet (CADTM),
Laurent Gathier (Union SNUI-Sud Trésor Solidaires),
Bernadette Groison (FSU),
Pierre Khalfa (Fondation Copernic),
Jean-François Largillière (Sud BPCE),
Philippe Légé (Économistes atterrés),
Alain Marcu (Agir contre le Chômage !),
Gus Massiah (Aitec),
Franck Pupunat (Utopia),
Michel Rousseau (Marches européennes),
Maya Surduts (Collectif national pour les droits des femmes),
Pierre Tartakowsky (Ligue des droits de l’Homme),
Patricia Tejas (Fédération des Finances CGT),
Bernard Teper (Réseau Education Populaire),
Patrick Viveret (Collectif Richesse)

et Philippe Askénazy (économiste),
Geneviève Azam (économiste),
Étienne Balibar (philosophe),
Frédéric Boccara (économiste),
Alain Caillé (sociologue),
François Chesnais (économiste),
Benjamin Coriat (économiste),
Cédric Durand (économiste),
David Flacher (économiste),
Susan George (écrivain),
Jean-Marie Harribey (économiste),
Michel Husson (économiste),
Stéphane Hessel (écrivain),
Esther Jeffers (économiste),
Jean-Louis Laville (sociologue),
Frédéric Lordon (économiste),
Marc Mangenot (économiste),
Dominique Méda (sociologue),
Ariane Mnouchkine (artiste),
André Orléan (économiste),
Dominique Plihon (économiste),
Christophe Ramaux (économiste),
Denis Sieffert (journaliste),
Henri Sterdyniak (économiste)

http://www.audit-citoyen.org/



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source :

Pour se joindre à l’appel : Collectif pour un audit citoyen de la dette publique

Lire aussi : Pour couvrir la dette, pomper les paradis fiscaux

18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
19 octobre 2019
Rojava kurde : un projet écologique menacé par l’invasion turque
Reportage
19 octobre 2019
Radio Bambou : et si on mangeait des fruits et légumes de saison ?
Chronique




Du même auteur       Collectif pour un audit citoyen de la dette publique