Un décroissant opposé à la fermeture d’une usine

Durée de lecture : 2 minutes

5 janvier 2011 / Les escargots cauchoix

Des usines de conditionnement de thé de la compagnie Fralib (marque Lipton) sont menacées de fermeture au Havre et à Gemenos.


Aujourd’hui, j’apprends que le 28 septembre dernier, le groupe Unilever a annoncé son projet de fermeture de l’usine FRALIB située à Gémenos. Une cinquantaine de copain-ines HavraisEs y travaillent depuis une dizaine d’années suite à une délocalisation de l’usine du Havre.

Et une question me vient : unE objecteurICE de croissance peut-il-elle se réjouir d’une telle nouvelle ? Cette entreprise fabrique d’immondes sachets de thé. Un vrai symbole de notre société de consommation : ils sont conçus pour infuser vite, d’un goût standardisé et producteurs de déchets.

Mon sentiment devrait être « super, une usine à merde en moins » et bien non !! Être objecteur de croissance pour moi, c’est avant tout être contre le capitalisme. Je suis solidaire avec tous les exploités de ce système.

Je ne suis pas contre l’industrialisation, ni le progrès mais contre l’utilisation qui en est faite par le capitalisme. Les technologies ne sont plus au service de l’homme mais des exploiteurs.

Aujourd’hui, alors que les fermetures d’usines et les restructurations s’abattent à un rythme effréné, alors que le productivisme et le culte de la croissance nous conduisent à notre perte, il faut plus que jamais nous réapproprier nos outils de travail et les technologies.

Puisque l’on recherche un entrepreneur pour cette usine, j’invite touTEs ces salariéEs à se porter candidatE. Je suis sûr qu’avec leur connaissance et expérience, ils-elles peuvent proposer un produit bien plus respectueux de l’environnement dans une organisation non hiérarchisée qui laisse la place à la créativité et aux savoirs-faire de chaque individu, tout en respectant l’Homme et son environnement.

Dans ce cadre et pour les soutenir, je vous invite à signer cette pétition : http://8938.lapetition.be

Et opter pour le boycott du sachet de thé (essayer le vrac, c’est l’adopter) : http://cgt.fralibvivra.over-blog.com



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.voie-militante.com/politique/social/salariees-en-lutte-et-decroissance]

19 juillet 2019
Prespa, havre de nature sauvage au cœur des Balkans
Reportage
15 juillet 2019
Le 20 juillet, une marche pour soutenir le « combat Adama » et « riposter à l’autoritarisme »
Tribune
18 juillet 2019
Élisabeth Borne, une « travailleuse acharnée » pas « écolo convaincue » au ministère de l’Écologie
Info