Un droit de réponse de la région La Réunion

Durée de lecture : 12 minutes

1er juillet 2020



Demande de droit de réponse suite à un article sur la NRL - REPORTERRE

DEMANDE DE DROIT DE REPONSE DU CONSEIL REGIONAL DE LA REUNION

Vendredi 26 juin 2020
INFORMATION ET RECTIFICATION SUITE À L’ARTICLE PARU SUR VOTRE SITE

Mesdames, Messieurs, Directeurs de la publication et rédacteurs en chef de REPORTERRE,

Nous avons pris connaissance de l’article titré « La Réunion renonce à finir l’absurde nouvelle route du littoral » publié samedi 20 juin sur votre site internet « Reporterre » - le quotidien de l’écologie », dont vous précisez en page d’accueil qu’il s’agit d’un site indépendant.

C’est avec un vif étonnement que nous avons découvert cet article puisqu’aucun journaliste de votre rédaction n’avait pris l’attache de notre collectivité afin de vérifier les informations collectées. Le fait de contacter la Région Réunion en amont de la rédaction de cet article aurait traduit un respect de vos obligations déontologiques et aurait permis d’éviter de diffuser à votre lectorat un nombre important d’erreurs et contre-vérités.

Vif étonnement encore quant à la tonalité de ce papier, très politisé, et du calendrier de parution à quelques jours du second tour des élections municipales, alors qu’aucune actualité immédiate ne l’explique. Vous replacez d’ailleurs vous-même votre papier dans un contexte électoral, jusqu’à donner les résultats du 1er tour !

Il s’avère que cet article, dans son titre, son chapeau et le corps du texte, retranscrit une vision pour le moins erronée du chantier de la NRL et de la situation actuelle, éloigné de la réalité qui est pourtant au centre de l’intérêt de vos lecteurs.

Nous déplorons le traitement et le parti pris qui ont été ceux de votre site, ainsi que la méthode qui consiste à donner la parole exclusivement à des opposants détracteurs du projet, par ailleurs engagés dans le cadre des élections municipales à La Réunion.

Nous vous demandons en conséquence, pour la pleine information de vos lecteurs, de bien vouloir publier ce rectificatif et complément d’information :

Le titre de l’article qualifie la Nouvelle route du littoral d’ « absurde »
La NRL est essentielle à la sécurité des Réunionnais. C’est un chantier phare voulu par la majorité d’entre eux. Parler d’absurdité à ce sujet est une insulte pour la population réunionnaise et pour tous les professionnels qui ont travaillé et travaillent encore à la réalisation de la NRL (études, travaux).

Par ailleurs, l’impact économique des fermetures et des basculement de la route actuelle est extrêmement préjudiciable. De plus, la réalisation de cette route ainsi que son tracé actuel ont été actés par l’Etat et l’ancienne majorité régionale. La décision de l’actuelle équipe (en assemblée plénière de 2010) a été de ne pas adopter le péage proposé par l’ancien Président Vergès et son équipe et d’intégrer en revanche une voie de transport en commun.

Le chantier de la Nouvelle Route du littoral, la solution la plus adaptée pour garantir la sécurité des usagers
Le chantier de la Nouvelle Route du Littoral est un chantier réunionnais, français et européen qui permettra à la fois de résorber un risque naturel majeur auquel sont exposés les usagers de la RN1 entre St Denis et La Possession, et de moderniser un axe essentiel de l’île de La Réunion : une route actuelle vieillissante qui subit régulièrement des chutes de blocs et éboulements ainsi que des effondrements en masse. Depuis son ouverture en 1976, ces phénomènes ont entraîné 22 décès. L’éboulis du 27 janvier dernier qui a causé un blessé souligne une fois de plus la dangerosité de cette route. La Région Réunion a décidé de lancer en 2013 le chantier de la NRL qui permettra aux 80 000 usagers quotidiens de cet axe de relier en toute sécurité le Nord et l’Ouest de l’île. Le budget de l’opération, d’un montant de 1,66 milliard d’euros (valeur 2010), a été acté lors des accords de Matignon, le 14 octobre 2010.

La NRL prévoit un TCSP (voie bus, voire dans un second temps un système ferré ou guidé), ce que ne permet pas la route actuelle. La solution de paravalanche évoquée dans l’article, outre le fait qu’elle ne permettra pas de sécuriser complètement les 80000 usagers quotidiens, rendrait également impossible le développement des transports en commun sur cet axe.

Un nombre important d’études ont été réalisées avant d’aboutir au projet NRL. Les choix ont été effectués en tenant compte de toutes les alternatives envisageables. Chacune des décisions prises par la collectivité régionale s’est appuyée sur les conclusions d’experts et ont été validées au plan national et européen, tant sur les aspects financiers, juridiques, qu’environnementaux et techniques.

La poursuite du chantier reste une priorité, avec une mise en service anticipée
Les récentes discussions dans le cadre du protocole signé en début d’année entre l’Etat, la Région et le Groupement d’entreprises attributaires des marchés ont conclu à la poursuite du chantier pour des raisons évidentes de sécurité pour les usagers de l’actuelle route du littoral. La Nouvelle route du littoral pourrait être ouverte, dans un premier temps, sur plus de la moitié de son tracé, soit 7km sur 12km au total, entre Saint-Denis et la sortie de la Grande chaloupe, au moyen d’un raccordement provisoire à l’ancienne route. C’est une solution envisagée pour permettre aux usagers d’utiliser les 7 km réalisés jusqu’à la livraison totale du chantier qui interviendra en 2023.

80% du chantier déjà réalisés
Aujourd’hui, 80 % du chantier est réalisé. L’objectif de la collectivité régionale est de terminer la construction de la NRL dans les délais les plus resserrés possible, à un coût acceptable pour le maître d’ouvrage. La réalisation de la digue de 2,7 km entre la Grande Chaloupe et La Possession, qui est la solution retenue pour la poursuite du chantier, privilégiera les approvisionnements en matériaux locaux, en particulier la récupération d’andains.
L’État a expertisé les différents site après les récupérations d’andains effectuées à ce stade. Il a constaté un gain de surfaces agricoles pour les exploitations ; un meilleur aménagement de l’espace ; une plus grande protection contre l’érosion.

80 millions d’euros investis pour l’environnement
La Région Réunion a choisi d’inscrire le projet NRL dans une démarche exemplaire de préservation d’un site considéré comme “hotspot” mondial de la biodiversité. 80 millions d’euros (valeur 2010), soit 5% du budget global est consacré au volet environnement, contre 1 à 3% en moyenne pour les chantiers d’envergure équivalente.
En ce qui concerne la préservation du patrimoine naturel, près de 150 mesures de suivi, de réduction et de compensation sont mises en oeuvre chaque jour. Un bilan réalisé à mi-parcours met clairement en évidence, à partir de très nombreux suivis réguliers et en temps réel, que les impacts du chantier sur l’environnement sont très largement inférieurs à ceux initialement prévus et tolérés.
Par exemple, la fréquentation des mammifères marins, dont les cétacés (baleines et dauphins), s’est accrue depuis 2019 et les bancs coralliens sont dans un état similaire à la situation avant travaux. Pour autant, et par précaution, la Région maintient à l’identique l’ensemble de ses mesures environnementales.

La Région Réunion agit pour développer tous les modes alternatifs à l’automobile
Avec plus de 2,5 millions de déplacements quotidiens, et face à l’augmentation de la congestion des réseaux routiers, la Région Réunion agit pour développer toutes les alternatives aux déplacements en voiture individuelle.
Dès 2010, la Région Réunion a accompagné les EPCI et leurs réseaux urbains avec le programme TransEcoExpress qui a permis de créer 51 lignes de bus (soit 392 km de lignes nouvelles ou d’extension de lignes), d’implanter 718 arrêts et abris voyageurs, de renouveler une partie de la flotte au moyen de bus hybrides et électriques, et de réaliser 40km de voies dédiées aux transports en commun.
La politique volontariste de La Région se traduit aussi par la mise en œuvre du RRTG (Réseau Régional de Transport Guidé) RunRail, un équipement structurant en mode ferré léger, prévu pour desservir sur 150 km les villes et les grands axes de connexion avec les autres réseaux urbains. Le Plan Régional Vélo et sa voie vélo régionale, colonne vertébrale des itinéraires cyclables, se concrétisent chaque année un peu plus. Sur les 210 km identifiés, 60 % ont été réalisés. Le plan Covoiturage a permis la création d’une dizaine d’aires de stationnement sur l’île.

Par ailleurs, la Région Réunion participe au financement à hauteur de 43% du coût éligible, soit 15 millions d’euros, du projet de téléphérique urbain évoqué dans l’article qui, à Saint-Denis, reliera sur 2,7 kilomètres le quartier du Chaudron au quartier de Bois-de-Nèfles.

Le Tram-train, un projet non finançable, invalidé par les tribunaux :
En décembre 2009, le coût du projet Tram-train était estimé par la Région à un montant initial de 1,909 milliard d’euros, auquel s’ajoute une redevance annuelle de 125 millions d’euros sur 40 ans.
À l’époque, les premiers Accords de Matignon avaient été conclus sur un coût du projet à 1,2 milliard d’euros. Quant au décalage entre le coût prévisionnel de la redevance et les moyens de la collectivité, il était estimé à 80 millions d’euros/an sur 40 ans, soit un différentiel de 5,7 milliards d’euros au total. Malgré l’absence de plan de financement viable, la majorité régionale de l’époque avait signé un contrat de partenariat avec la société Tram Tiss SAS, attributaire pressenti du marché du Tram-train, avec une clause suspensive : obtenir l’accord de l’État pour une dotation ferroviaire de 80 millions d’euros par an sur 45 ans.
Sollicité par la collectivité, le gouvernement a considéré que le projet Tram-train était non-éligible à la dotation ferroviaire de l’Etat. La Région s’est donc retrouvée dans l’incapacité à boucler le financement du projet.
Pour autant, l’ancienne mandature a persisté, espérant passer en force, et mettant la collectivité dans une situation périlleuse.
En 2010, le projet Tram-train a fait l’objet d’un rapport d’analyses toutes négatives sur sa faisabilité financière, y compris celle de l’assemblée plénière du 2 décembre 2009, sous la mandature pourtant à l’origine du projet. Le 30 juin 2011, la Cour d’appel de Bordeaux a jugé dans un arrêt que l’évaluation socio-économique du projet Tram-train était insuffisante. Elle a annulé dans son intégralité l’arrêté déclarant le projet d’utilité publique. Le projet irréalisable de Tram-train aura coûté au total plus de 75 millions d’euros à la collectivité régionale, dont près de 18 millions d’euros d’indemnités de résiliation.

Pour plus d’infos :
- www.regionreunion.com/actualite/toute-l-actualite/article/la-nrl-le-choix-du-trace-l-equilibre
- www.regionreunion.com/actualite/toute-l-actualite/article/la-nrl-qui-fait-quoi-les-acteurs-les-responsabilites
- www.nouvelleroutedulittoral.re
- www.nouvelleroutedulittoral.re/financement/article/le-financement-de-l-operation
- www.nouvelleroutedulittoral.re/environnement/article/une-demarche-environnementale

Nous vous remercions pour la prise en compte de notre demande et restons à votre disposition, pour suivre ce grand projet et vous apporter toutes les informations utiles à son sujet.
Nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs, nos sentiments les meilleurs.

Le service communication


Commentaire de Reporterre

Reporterre prend bonne note de la réponse du service de communication du conseil régional de La Réunion, suite à la parution le 20 juin de l’article « La Réunion renonce à finir l’absurde nouvelle route du littoral ». 

« Absurde » ne vise évidemment ni les Réunionnais ni les ingénieurs et ouvriers qui travaillent sur le chantier, mais plutôt les responsables politiques qui ont délibérément lancé un chantier sans s’assurer qu’il y aurait les matériaux nécessaires pour le terminer. Quant au fait qu’« aucune actualité immédiate n’explique(rait) la parution de l’article », chacun peut en juger : le 29 juin, la Région recevait à nouveau les transporteurs forts mécontents du quasi-arrêt du chantier de la digue.

Pour le reste, la Région se livre à un plaidoyer pro domo qui ne remet pas en cause nos principales affirmations selon lesquelles seule la partie de la NRL construite sur viaduc entrera en service et que le projet est catastrophique pour les sols marins et la biodiversité, ainsi que pour les terres agricoles littorales.

Le choix de faire paraître l’article au moment des élections municipales est pleinement assumé par Reporterre. Le résultat du second tour à Saint-Denis ne souffre d’aucune ambiguïté : Ericka Bareigts, divers gauche, est arrivée largement en tête avec 58,89 % des voix. Impossible de résumer ce résultat aux retards, surcoûts et autres vicissitudes liées à la NRL — notamment l’attention portée par le Parquet national financier à de possibles détournements de fonds — mais le sujet est suffisamment clivant pour qu’il ait joué un rôle certain dans le choix des électeurs.

Seul mea culpa, n’avoir pas, cette fois-ci, contacté la Région. Cette fois-ci, car pour les précédents articles consacrés par Reporterre depuis 2015 à la NRL et aux problèmes de transports à La Réunion, notre journaliste a téléphoné à chaque fois au conseil régional, sans jamais être mis en contact avec un responsable des travaux. Malgré des propos sévères à l’encontre de la nouvelle route, Reporterre n’a jamais reçu aucun commentaire de la part de la Région.




24 septembre 2020
Qui s’inquiète de la crise climatique ? Pas (vraiment) les Européens
Tribune
24 septembre 2020
Journalistes et ONG vent debout contre les nouvelles mesures de maintien de l’ordre
Info
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage