Un loup tué en Isère

Durée de lecture : 2 minutes

8 janvier 2011 / LPO Isère et FRAPNA Isère

La LPO Isère et la FRAPNA Isère demandent l’ouverture d’une information judiciaire.


La thèse du braconnage est avancée, et dans l’attente du résultat de l’autopsie qui devrait confirmer cette hypothèse, la LPO Isère (Ligue pour la protection des oiseaux en Isère) et la FRAPNA Isère (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature Isère) sollicitent du Procureur de la République que soit ouverte une information judiciaire ; elles porteront plainte si l’hypothèse du braconnage se confirme.

Rappelons que le loup gris (Canis lupus) est une espèce protégée par la loi qui bénéficie d’une disposition de la Convention de Berne (1979), assortie d’une directive européenne de mai 1992. En Isère, le Loup est réapparu naturellement en 1998. Sa population dans le département de l’Isère reste très faible et se cantonne aux zones de montagne. Cette espèce a un rôle très important dans les écosystèmes naturels et notamment en ce qui concerne la régulation et l’état sanitaire des troupeaux d’ongulés sauvages. Le loup est une espèce extrêmement discrète qui craint l’Homme, c’est pourquoi il est très rare de la voir.

Sur la présence du loup dans les Alpes françaises, et particulièrement en Isère, les usagers des espaces naturels et agricoles font de réels efforts : les éleveurs protègent leurs troupeaux par des moyens de protection, l’administration apporte un soutien technique et financier (indemnisation du bétail). Les associations de protection de la nature ont clairement admis que dans certaines conditions, les éleveurs puissent se défendre contre les loups et mettent à disposition des éleveurs des éco-volontaires pour l’estive des troupeaux. Rien ne justifie donc de tels agissements.

S’il s’agit d’un acte de braconnage, la LPO Isère et la FRAPNA Isère attendent des pouvoirs publics et de la justice que tout soit fait pour retrouver les coupables et les punir. Ces actes sont intolérables et relèvent de pratiques de temps révolus ou la Nature était vue comme une ennemie alors qu’il est reconnu que c’est un patrimoine commun fortement menacé. La LPO et la FRAPNA attendent également des dirigeants du monde cynégétique qu’ils prononcent une condamnation sans équivoque sur cet acte de vandalisme sur la nature.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.isere.lpo.fr/spip.php?ar...

17 juillet 2019
La ratification du Ceta divise les députés, même dans la majorité
Info
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune
18 juillet 2019
L’empire d’Amazon s’étend en France : l’enquête de Reporterre
Enquête