Un million de sources radioactives dispersées sans contrôle

Durée de lecture : 3 minutes

6 octobre 2008 / CGT France Telecom

Durant des décennies, France Telecom a utilisé des dispositifs radioactifs (radium, tritium, thorium). En 1978, leur usage a été interdit, mais rien n’a été entrepris pour collecter ces sources dangereuses.

Pour éviter les surtensions sur les lignes et protéger les utilisateurs, France Télécom a installé des surtenseurs et parafoudres sur les répartiteurs de lignes et sur les boîtes en ligne. Depuis la fin des années 40, ces appareils contenaient des éléments radioactifs, radium 226, tritium, thorium 232, etc . Plus d’un million de ces appareils (1 à 5 cm de longueur, enveloppe en verre), ont été dispersés un peu partout jusqu’à ce qu’intervienne en 1978 une interdiction d’emploi de radioéléments pour cet usage.

Mais rien n’a alors été prévu pour récupérer et éliminer correctement ces radioéléments. Rien n’a été prévu pour alerter les agents sur les risques encourus lors de leur manipulation ou stockage. Aucune consigne n’a été donnée pour éviter que ces appareils finissent dans une poubelle. Vingt ans plus tard début du réveil . En 1997 un groupe de travail se réunit. En 1998 un médecin de prévention , préoccupé par le nombre de cancers observés, alerte CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), Direction et OPRI (Office de protection contre les rayonnements ionisants) sur le devenir de ces appareils.

Premières mesures en 1999, France Télécom publie une note interne demandant de prévoir recensement, démontage et stockage, suivi d’une note de rappel en 2001. Notes d’une efficacité on ne peut plus limitée. Aussi en 2002 France Télécom demande à un organisme, Hémisphères, un inventaire et un plan de travail. Réponse de cet organisme : quelques secteurs ont effectué un inventaire mais il reste entre 700000 et un million d’appareils à déposer, collecter et éliminer, via l’organisme ad hoc c’est-à-dire l’Andra.

Puis rien ne se passe jusqu’à 2008 suite aux premières interrogations syndicales, mais ce ne sont encore que de timides réactions de la direction de France Télécom.
BILAN : près d’un million de sources radioactives sont toujours dans la nature sans qu’aient été données des instructions précises à tous ceux qui ont pu être amenés à les manipuler. Beaucoup de ces appareils ont sans doute été mis à la poubelle.
Et pourtant les risques ne sont pas négligeables pour ceux qui les ont transportés dans leurs poches, ou les ont tenus entre les dents, ou les ont stockés dans des lieux fréquentés.
En plus de cinquante ans, aucune information sur les risques n’a été diffusée aux agents et aujourd’hui devant l’augmentation de cas de cancers dans leurs rangs, beaucoup se posent des questions.

Un nouveau bilan devrait être demandé à la CRIIRAD (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité), organisme indépendant, à partir d’une enquête sur quelques départements, bilan qui devrait inclure une très large information des agents et déboucher sur des mesures impératives de dépose, collecte et élimination de ces matériaux toxiques.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Les élus CGT du CHSCT de l’Unité Intervention Auvergne périmètre Cantal, Haute Loire, Allier. Avec la collaboration d’Henri Pezerat, toxicologue, et de médecins de prévention

Contact : cgtpttt.cantal@wanadoo.fr

17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
16 octobre 2019
L’accès à l’eau, enjeu de la guerre turque en Syrie
Tribune
16 octobre 2019
Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France
Info