Un nouveau bâtiment réquisitionné à Toulouse

Durée de lecture : 1 minute

24 avril 2012 / Collectif pour la réquisition, l’entraide et l’autogestion


Dimanche 15 avril, nous avons réquisitionné le bâtiment situé au 1, place des Hauts Murats, laissé vide par l’État depuis 10 ans pour y loger des familles avec enfants, des femmes isolées et des jeunes que les logiques du capitalisme forcent de vivre dans la rue.

Nous sommes un collectif engagé autour de la campagne « zéro personnes à la rue » initiée par le C.R.E.A.(Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion) à l’automne 2011. Sept autres lieux ont déjà été investis dans le cadre de cette campagne qui a permis à plus de 150 personnes de retrouver un toit, une certaine stabilité et de briser l’isolement. Au cours de cette campagne, des lieux réquisitionnés ont été expulsés, en dehors de tout cadre légal.

Ce qui est criminel ce n’est pas d’habiter ces bâtiments mais de les laisser vides pour la spéculation immobilière alors que chaque année des personnes meurent dans la rue. Le peuple a construit ces bâtiments, c’est à ses enfants de se les réapproprier.

Nous ne demandons donc aucune subvention et n’attendons rien de l’État si ce n’est la pérennisation de ce lieu. En nous organisant par nous-mêmes, nous devenons un peu plus libres, heureu-ses-x, dignes et émancipé-e-s.

Aussi, nous sommes ouvert-e-s à toutes initiatives et soutiens sous quelques formes que ce soit, pour faire vivre ce bâtiment, créer un lieu de rencontre, d’entraide sociale et d’échanges politiques.

Tout pour tout-e-s, pouvoir au peuple !

Les habitants, l’Association pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion, et les membres de la campagne Zéro personnes à la rue.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Demosphere

Lire aussi : A Toulouse, la préfecture veut expulser des familles avec enfants

17 juillet 2019
Trois raisons de refuser le Ceta
Tribune
16 juillet 2019
Pourquoi faire la « marche des animaux » ?
Une minute une question
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito