Faire un don
17943 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
22 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Un paysan refuse le fichage ADN

Durée de lecture : 1 minute

1er septembre 2010 / Confédération paysanne


Lundi 30 août 2010 à 13h30 Hervé Georges, maraîcher en gironde, membre de la Confédération paysanne a été entendu à huis clos par le Procureur de la République pour refus de prélèvement d’ADN et d’inclusion dans le FNAEG. Refuser de s’y soumettre peut être puni d ?une peine allant jusqu’à un an d’emprisonnement et 15 000 euros d ?amende.

Hervé était convoqué pour une « Comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité » (CRPC) qui consiste à proposer au prévenu une peine inférieure à celle encourue en échange de la reconnaissance de sa culpabilité.

La Confédération Paysanne félicite Hervé d’avoir refusé la proposition du procureur d’une condamnation à 300 € et soutient sa demande de relaxe. Ce « marchandage », symbole d’une justice rapide, loin du procès public, a pour objectif de museler les militants et de confisquer le débat de fond sur la pertinence du FNAEG. Il enclenche de plus un processus de « délit continu » car un prélèvement est à nouveau ordonné, suivi d’un nouveau refus, d’une nouvelle peine.

Hervé Georges, citoyen lanceur d’alerte avait participé à la neutralisation du silo de maïs génétiquement modifié Mon 810 à Lugos (interdit de culture par la suite). Il ne s’agissait aucunement d’un acte de délinquance mais bien d’une action de défense de l’agriculture paysanne et biologique, c’est-à-dire une action collective des Faucheurs Volontaires réalisée au grand jour et revendiquée par les participants.

Nous serons à nouveau nombreux aux cotés de notre camarade pour témoigner de notre solidarité et soutenir son acte de résistance politique à la tentative de fichage généralisé le 14 octobre 2010 à la 5e chambre correctionnelle du tribunal de Bordeaux.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse.

Contact : http://www.confederationpaysanne.fr

Lire aussi : Aux Etats-Unis, le fichage ADN des bébés se généralise http://www.reporterre.net/spip.php?...

5 décembre 2019
Pourquoi la réforme des retraites va-t-elle contre les femmes ? (VIDÉO)
1 minute, 1 question
5 décembre 2019
Chili : même sans la COP, les écolos se mobilisent
Info
6 décembre 2019
De la Maison du peuple à l’hôpital, une journée de mobilisation à Saint-Nazaire
Reportage




Du même auteur       Confédération paysanne