Un projet de centrale solaire dans une zone protégée est interdit

Durée de lecture : 2 minutes

17 février 2012 / Agir pour la Crau



Le chantier d’un parc photovoltaïque située près de Salon-de-Provence a été stoppé par la justice.


Le tribunal administratif de Marseille a suspendu le lundi 13 février le projet d’un parc photovoltaïque de plus de 150 hectares à La Barben, près de Salon-de-Provence. Selon le jugement, ce projet contreviendrait aux directives locales de protection de l’environnement. Bel euphémisme pour un dossier dont la légalité est contestée !

Par cette ordonnance, le juge des référés, saisi par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et le Conservatoire des espaces naturels de Provence (CENP), a suspendu les permis accordés pour la construction de huit unités de production du parc en attendant un jugement sur le fond.

Le tribunal a estimé qu’il existait un doute sérieux sur la légalité des permis attaqués, la révision simplifiée du plan d’occupation des sols, préalable au projet, étant incompatible avec les orientations d’aménagement du département en matière de protection des espaces naturels et forestiers sensibles. Le parc est situé dans une zone protégée Natura 2000.

Cette décision est motivée par « l’existence d’un doute sérieux portant sur la légalité des permis de construire attaqués ».

8 permis de construire avaient été déposés et accordés à la société Voltalia, basée à Neuilly-sur-Seine, pour la construction de huit unités de 12 mégawatts chacune. Le parc, dont le site est en cours de défrichement, devait en principe entrer en fonction en octobre et serait un des plus grands de France.

Selon le Conservatoire, ce projet n’obeirait qu’à une logique d’opportunité foncière et ne prendrait pas suffisamment en compte les aspects environnementaux.

Rappelons que nous sommes :

- favorables aux projets permettant la mise en oeuvre des panneaux sur les toîts des batiments d’exploitation agricole, industriels ou à usage d’habitation ;

- défavorables aux projets de photovoltaïque au sol : ce choix va dans le sens des objectifs du Grenelle de l’Environnement qui demande de limiter l’érosion des terres agricoles déjà trop importante dans notre département du fait de l’étalement urbain et des grands travaux.


Note de Reporterre La société Voltalia a été impliquée dans la fraude au marché du carbone, en tant qu’intermédiaire. Elle s’est portée partie civile dans les procès en cours.






Source : Agir pour la Crau

Photo : Centrale solaire au Portugal, Consoglobe

Lire aussi : Les centrales solaires ne doivent pas nuire à l’agriculture

23 septembre 2020
Biodiversité : « Le déclin se poursuit » et la France ne fait (presque) rien
Info
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
26 septembre 2020
Mobilisation climat : faisons place à la vie
Tribune




Du même auteur       Agir pour la Crau