Un socialiste veut une autoroute pour réduire... la place de la voiture !

Durée de lecture : 2 minutes

3 février 2011 / Journal de Montpellier

Le président socialiste de l’agglomération de Montpellier veut une nouvelle infrastructure autoroutière.


Moure veut le doublement de l’A9 pour le bien… des transports publics !
Il fallait oser mais le président socialiste de l’agglomération de Montpellier et candidat aux prochaines cantonales l’a fait. Il a écrit à la ministre de l’écologie pour lui demander un entretien afin de la convaincre de l’intérêt écologique de la nouvelle infrastructure autoroutière.

La ministre des transports est aussi celle de l’écologie. Jean-Pierre Moure semble l’avoir bien compris. Du coup quand il écrit, tout miel, à Nathalie Kosciusko-Morizet pour « solliciter de [sa] haute bienveillance de bien vouloir » lui accorder un entretien pour faire avancer « ce projet stratégique pour le devenir de la communauté d’agglomération de Montpellier » (le doublement de l’autoroute A9), il lui parle (notamment) de transports publics.

Beaucoup pensent que plus de voies d’autoroutes signifie moins de transports en commun. Pas Jean-Pierre Moure. Évidemment l’exercice est difficile. Mais pas impossible pour le président de l’agglo – par ailleurs candidat (PS) aux prochaines cantonales – qui nous apprend que le doublement de l’A9 est « essentiel au bon fonctionnement de la métropole montpelliéraine ». Les opposants au projet ne seront sans doute pas d’accord avec ce point de vue mais il peut se défendre.

Indispensable !

Là où ça devient franchement acrobatique c’est quand Jean-Pierre Moure ajoute que le doublement est essentiel « en particulier à l’optimisation des réseaux de voirie dans leur relation inter-modale avec les transports publics ». Il fallait oser. Et l’élu de conclure : le projet est « indispensable à la mise en œuvre du Plan de déplacements urbains 2010-2020″. Indispensable !

Au fait, c’est quoi l’objectif d’un PDU ? Question facile. Il suffit d’aller sur le site de l’agglo de Montpellier pour le savoir. Par exemple, en consultant le « document de concertation » du PDU. Daté de juin 2009, il est sous-titré « se déplacer autrement pour mieux se déplacer ». Le président de l’agglo – à l’époque Georges Frêche – y explique (p. 2) : « Le sens du Plan de déplacements urbains ne fait plus débat aujourd’hui. Réduire la place de la voiture, favoriser les transports publics et les modes de déplacements « doux » sont autant d’objectifs partagés par tous et déjà largement mis en œuvre par Montpellier agglomération. Reste à savoir comment amplifier cette dynamique, à quelle échéance et à quel coût. C’est bien l’objet de la feuille de route que nous avons à écrire ensemble maintenant. C’est pourquoi je souhaite que la concertation qui s’engage mobilise l’imagination et l’intelligence collectives de notre territoire. Ensemble, imaginons les écomobilités des années 2020 ! » Il semble que Jean-Pierre Moure ait mobilisé son « imagination » et son « intelligence » pour nous dire que les écomobilités de 2020 passaient par le doublement de l’A9.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.montpellier-journal.fr/2...

Lire aussi : Hé, les socialistes !

31 mars 2020
Quitter la ville en période d’épidémie, un privilège de classe ?
Enquête
31 mars 2020
La SNCF « rechigne » à protéger les cheminots contre le coronavirus
Info
30 mars 2020
Le confinement amplifie la numérisation du monde
Entretien