Faire un don
55187 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
46 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Un train de déchets nucléaires bloqué à Lille mardi soir

Durée de lecture : 1 minute

6 février 2013 / 20 minutes


Un train transportant des déchets nucléaires en provenance des Pays-Bas et destinés au centre de retraitement de La Hague, dans la Manche, a été immobilisé par des militants écologistes mardi soir 5 février dans la banlieue de Lille, a-t-on appris de sources concordantes.

Le train qui a franchi la frontière franco-belge à Mouscron, en Belgique, vers 22h a été immobilisé un peu plus tard à Marcq-en-Baroeul, dans le Nord, dans la banlieue de Lille, à l’aide d’un fumigène lancé sur la voie, a indiqué à l’AFP Laura Hameaux, de Réseau Sortir du nucléaire.

D’autres actions ce mercredi

Le train a dû s’arrêter ensuite un peu plus loin lorsque plusieurs militants se sont mis en travers de la voie. « Il a été immobilisé 45 minutes au total, en deux fois », a déclaré à l’AFP le conseiller régional écologiste Dominique Plancke. « On a montré qu’on pouvait arrêter le train où on voulait et quand on voulait ». Le train était sur le point de repartir peu avant 23h30, a-t-on appris auprès de la préfecture du Nord.

D’autres actions des opposants au nucléaire, qui dénoncent la dangerosité de ces convois et l’absence de transparence qui les entoure, sont prévues ce mercredi notamment au Bourget, en Seine-Saint-Denis, et à Sotteville-lès-Rouen, en Seine-Maritime, selon Réseau Sortir du nucléaire. Le train devrait arriver jeudi matin à Valognes, dans la Manche. Le 11 décembre 2012, un autre train de déchets nucléaires en provenance des Pays-Bas avait été arrêté par des écologistes après avoir franchi la frontière franco-belge.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : 20 minutes

Lire aussi : Des déchets nucléaires néerlandais arrivent discrètement en France



13 juin 2019
Reporterre a 30 ans. Voici les articles de l’anniversaire
La vie de Reporterre
15 juin 2019
Doucette, porcelle, onagre... à la découverte des salades sauvages
Reportage
15 juin 2019
La fermeture des maternités, symbole de l’abandon des petites villes
Enquête




Du même auteur       20 minutes