Une centrale thermique annoncée à Antifer

Durée de lecture : 1 minute

31 mai 2009 / Sauvons le Climat

Le gouvernement annonce un terminal méthanier et une centrale thermique à Antifer. Cette décision contredit l’objectif de diviser par quatre en 2050 les émissions de gaz à effet de serre.

Le gouvernement vient de déclarer d’intérêt général le projet de terminal méthanier à Antifer et POWEO annonce un projet de centrale à cycle combiné de 800 MW brûlant une partie du gaz qui y sera livré.

La diversification des sources d’approvisionnement en gaz naturel est un objectif important et, de ce point de vue, le projet d’Antifer trouve peut-être sa justification.

Sauvons le Climat rappelle cependant que, globalement, l’objectif de diviser par 4 les rejets de CO2 dus à l’énergie, affirmé dans la loi d’orientation sur l’énergie de 2005 et confirmé dans la loi Grenelle 1, implique de diviser par 4 la consommation de combustibles fossiles. Cela entraînera nécessairement une forte diminution des importations de gaz naturel.

Sauvons le Climat demande en conséquence que le projet d’Antifer soit justifié dans un programme d’ensemble de forte décroissance des importations de gaz naturel, conforme à la lutte contre l’effet de serre.

Sauvons le Climat rappelle d’autre part sa position constante : tout projet nouveau de centrale thermique ne doit être autorisé que s’il garantit le captage et le stockage du CO2 émis.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://sauvonsleclimat.org/new/spip...

24 février 2020
Dans certaines cantines scolaires, la malbouffe fait son œuvre
Tribune
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
24 février 2020
Dans les vignobles sud-africains, les ouvriers agricoles noirs vivent l’enfer
Reportage




Du même auteur       Sauvons le Climat