Une élue du Parti de Gauche en grève de la faim contre l’aéroport Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 2 minutes

19 avril 2012 / AFP


Une conseillère générale de Loire-Atlantique, Françoise Verchère (Parti de gauche), a rejoint le mouvement de grève de la faim lancé mercredi 11 avril par deux opposants au futur aéroport nantais de Notre-Dame-des-Landes, a-t-elle indiqué à l’AFP.

« J’ai rejoint les grévistes de la faim pour apporter le soutien du collectif des élus hostiles à l’aéroport », a expliqué Mme Verchère, installée avec les autres grévistes dans des caravanes au centre-ville de Nantes.

« Nous demandons de surseoir aux expropriations » sur l’emprise du futur aéroport « jusqu’à la fin des recours juridiques » lancés contre le projet, a-t-elle indiqué. « Il ne faut pas commettre l’irrévocable, si le projet est annulé in fine », a-t-elle expliqué.

Plusieurs dizaines de propriétaires ou exploitants s’opposent déjà, par toutes les voies de recours juridique possible, à leur expropriation.

Et selon Mme Verchère, qui a commencé à jeûner mardi 17 avril, les opposants s’apprêtent également à déposer un recours au Conseil d’Etat, pour demander l’abrogation de la déclaration d’utilité publique de l’aéroport.
Mme Verchère est l’ancien maire de Bouguenais, la commune sur laquelle est implantée l’actuel aéroport de Nantes.

Elle réfute les arguments sur une saturation de cet aéroport  il y a moins de vols aujourd’hui qu’il y a 10 ans »), et s’inquiète également pour l’avenir de l’usine Airbus implantée au bord de l’actuelle piste, lorsque l’aéroport aura déménagé.

Le PS et l’UMP ont « malheureusement sur ce sujet là, comme sur tant d’autres, une approche commune », a-t-elle regretté.

L’aéroport contesté doit être construit d’ici à 2017 à Notre-Dame-des-Landes, à 30 km au nord de Nantes. La procédure d’expropriation des propriétaires et des exploitants situés sur la surface de 1.600 hectares attribuée au concessionnaire (le groupe Vinci) a démarré en janvier 2012.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : AFP

Lire aussi : Deux paysans entament une grève de la faim contre l’aéroport de Notre Dame des Landes

3 juillet 2019
Ceta, Mercosur : les accords de libre-échange donnent le pouvoir aux multinationales
Info
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête