Une route définitivement fermée à Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 2 minutes

21 juin 2013 / Ouest France




Dès 7 h jeudi 20 juin, des engins de chantier se sont affairés sur la départementale 281, à Notre-Dame-des-Landes. Cet axe relie La Paquelais (commune de Vigneux-de-Bretagne) à Fay-de-Bretagne, en traversant la future zone aéroportuaire. Objectif ? Condamner définitivement cette route et la fermer à la circulation.

Elle faisait l’objet, depuis novembre dernier, d’une fermeture administrative, mais pas physique. Et depuis, elle était sous contrôle des zadistes, qui y ont installé des chicanes. Sauf que des automobilistes, riverains ou non, l’empruntaient encore. Avec des menaces et agressions constatées. « Le dispositif de signalement de fermeture en place ne restait pas. Les panneaux étaient dégradés, volés… », explique-t-on au conseil général.

Considérant que malgré le retrait des gendarmes, en mai, la pression n’était pas retombée sur la zone du futur aéroport, sur laquelle sont installés de nombreux opposants au projet, décision a été prise de fermer physiquement la D281, dès ce mercredi matin. Une route qui, de toute façon, est condamnée dans le projet actuel du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

« Il n’est pas acceptable que la sécurité ne soit plus assurée sur cette route. Ma responsabilité en tant que gestionnaire de la voirie est de mettre à l’abri les automobilistes de ces risques, explique Philippe Grosvalet, conseiller général de Loire-Atlantique. S’agissant d’une voie destinée à disparaître dans le cadre de la future plateforme, et en accord avec le préfet de Région, j’ai décidé la fermeture physique de la RD 281. »

Aux lieux-dits Le Bois-Rignoux (Vigneux-de-Bretagne) et Bel-Air (Notre-Dame-des-Landes), des blocs rocheux ont été déposés en travers de la voie. Ils sont protégés par des glissières en béton. Quatre unités de forces mobiles étaient présentes, le temps des travaux.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Ouest France

14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
28 mai 2020
Imaginons que les alternatives prennent le pouvoir
À découvrir
27 mai 2020
Sur les plages, la ruée des promeneurs menace les oiseaux d’eau
Reportage




Du même auteur       Ouest France