VIDÉO - Enfermés, isolés, réprimés. Mais nous sommes encore en vie

Durée de lecture : 5 minutes

18 avril 2020 / Cerveaux non disponibles



Il n’y a qu’une question. La mère de toutes les questions.

Que va-t-on faire du reste de nos vies ? Notre vie, celles de nos parents, celles de nos enfants, celles de nos amis, celles de nos amours. Celles des autres êtres vivants sur cette terre.

La crise du Covid a tétanisé une partie de la population. L’épidémie a fait ressurgir partout la peur de mourir, et de voir ses proches mourir. Face à cette peur, rien ne pèse. Ni les idées, ni les mots, ni les concepts. Seul le réel du moment et de la survie compte.

Ceux qui ont le pouvoir et l’argent l’ont bien compris et profitent, sans même s’en cacher, de cette panique individuelle mais généralisée, pour durcir les dispositifs de contrôle et pour préparer l’après. Leur après.

Des milliers de personnes vont mourir de cette épidémie. C’est terrible. Mais que va-t-on faire, nous, les millions d’individus qui allons continuer à vivre ? Il nous reste peut-être quelques années à vivre. Quelques décennies tout au plus. Nous voulons évidemment les passer près de nos proches, de notre famille. Nous voulons être en bonne santé et pouvoir vivre décemment. Dignement. Il n’y a pas de honte à aspirer à de tels désirs. Mais il y a aussi l’aspiration à vivre et à créer collectivement des choses si grandes qu’on n’aurait jamais pu les faire naitre sans les autres. L’envie de dévorer, d’explorer, de tenter, d’innover, de crier, de pleurer, de jouir. Mais nous pouvons être bien plus que ce à quoi voudraient nous réduire les dirigeants politiques et financiers.

Il n’y a pas de hasard. Il n’y a pas de fatalité. Si aujourd’hui, l’hôpital manque de lits, de matériel et de personnel, cela s’explique très simplement. Et, au fond, tout le monde le sait. Il s’agit de choix, fait depuis des décennies, par des gouvernements de droite et de gauche. Des choix de réduction de budget. Des choix faits sur l’autel du profit pour quelques personnes. Depuis 30 ans, malgré plusieurs crises majeures à travers le monde, les seuls à s’être massivement enrichis sont les ultras riches. Les millionnaires et surtout les milliardaires.

Ceux qui pensent que le drame du Covid permettra une prise de conscience du pouvoir, ou même des partis d’opposition, sont, au mieux naïfs, au pire, complices. Nous avons vécu en 2003 un drame sanitaire avec la canicule, qui a tué en France plus de 20.000 personnes âgées, surtout les plus démunies socialement et économiquement. Rien n’a changé depuis 17 ans. Au contraire, on a continué à détruire le service public, notamment de la santé. Cela va continuer dans les années à venir, n’en doutons pas.



Le changement, le vrai. C’est le renforcement sécuritaire. On le voyait venir, mais on ne pensait qu’il serait si rapide. En quelques jours, la France a follement accéléré son développement d’une société du contrôle et de la surveillance high-tech.

Le pouvoir a traversé deux ans de contestation sociale, sans rien céder aux revendications des Gilets jaunes, des syndicats, des féministes ou des écolos. La seule réponse aura été le mépris et la violence. La crise actuelle ne va faire que le renforcer et lui donner des outils supplémentaires.

Les choses sont plus que limpides. Ceux qui veulent d’un autre monde doivent œuvrer à une révolution. Il n’y aura pas de changement de l’intérieur de ce système. Ceux qui profitent de ce système ne changeront jamais. Et ils contrôlent les centres de décisions politiques, économiques et même judiciaires.

Le système capitaliste se prétend inébranlable. Il n’y aurait pas d’autre façon de vivre. Sauf que le monde a existé pendant des milliers d’années sans le capitalisme. Et qu’il lui survivra. Reste à savoir si nous, de notre vivant, nous aurons ce plaisir de voir ce système inhumain tomber et disparaitre.

Le pouvoir et les médias ne cessent de présenter les révolutionnaires, les Gilets jaunes et autres écolos « radicaux » comme des êtres assoiffés de violence, de destruction, voire de mort. Mais qui est responsable de centaines de milliers de vies détruites ? Ces morts du Covid, ces morts de la pauvreté, ces morts du chômage, ces morts de la misère ?

Ce sont bien ces responsables en costard. Ces gens ont bien compris qu’ils n’avaient que quelques années à passer sur cette terre, et ils sont prêts à tout pour avoir le plus possible d’argent, de maisons, de voitures… prêts à tout pour offrir les écoles les plus chères à leurs enfants. Prêt à tout pour pouvoir leur assurer une vie la plus « confortable » possible une fois qu’ils seront morts.

Leurs choix, leurs décisions, prises officiellement sur l’autel de la pensée ultra libérale, avec la fameuse main invisible du marché et le ruissellement censé servir au plus grand nombre, ces choix sont en réalité dictés par leurs intérêts personnels : pour eux, pour leurs familles, pour leurs amis.

Ce sont eux les criminels. Ce sont eux les responsables. Ce sont eux nos ennemis.

Nous sommes encore en vie. Enfermés, isolés, réprimés. Mais nous sommes encore en vie.

En vie, et capables de tout.

Capables de tout renverser, de tout changer, de tout reconstruire.

Capables de faire surgir l’après.

Capables de changer le cours de nos vies, de celles de nos parents, de nos enfants, de nos amis, de nos amours.

N’ayons pas peur de mourir. Car nous allons tous mourir.

Mais profitons de nos vies pour faire surgir le beau, l’amour, le bonheur. Pour donner au plus grand nombre l’occasion d’une vie heureuse.

Pour y arriver, il faudra se battre, vraiment, physiquement, moralement, juridiquement, socialement.

Nous en sommes capables.




19 octobre 2020
« C’est génial de vivre là ! » Le Village vertical, précurseur des coopératives d’habitants
Alternatives
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
19 octobre 2020
Masques toxiques ? Le principe de précaution impose le retrait
Enquête