Velofabrik, une fabrique coopérative de vélos... en Belgique

Durée de lecture : 1 minute

28 octobre 2014 / Vélove (CarFree)

Après les choux de Bruxelles, la bière et le chocolat, voilà les vélos bruxellois. Velofabrik, c’est un concept original de création et production de vélos locaux.


Velofabrik est une société coopérative à finalité sociale dont le but est de créer un vélo et de le produire à Bruxelles en Belgique.

À terme, le projet Velofabrik devrait aboutir à l’installation d’une véritable petite usine de vélos à Bruxelles qui devrait produire quelque 500 vélos en 2016 puis monter progressivement en puissance, avec l’objectif de capter au moins 10 % du marché du vélo de ville dans la capitale belge en proposant aux gens qui se déplacent chaque jour en deux roues un vélo confortable, solide et durable pour un prix moyen de 650 euros.

L’initiative est née d’un constat, sur 450.000 vélos vendus chaque année en Belgique, 110.000 seulement sont fabriqués dans le pays et aucun à Bruxelles où il n’y a pas de fabricant.

Les vélos de Velofabrik seront assemblés à la main par des travailleurs bruxellois en utilisant chaque fois que c’est possible des composants produits localement. A terme, c’est plus d’une dizaine d’emplois (mécaniciens, vente, personnel administratif,…) qui pourront être ainsi créés. Par ailleurs, une partie des bénéfices réalisés sera consacrée à des projets de promotion ou de recherche en matière de mobilité active.

L’objectif est de réaliser un engin qui dure et qui soit aisément réparable. Le futur atelier-usine sera flanqué d’un espace boutique. Les chalands et clients pourront y rencontrer les techniciens monteurs et échanger avec eux.

Au moment où les constructeurs de voitures délocalisent de plus en plus la production des voitures, n’est-ce pas le moment de relocaliser la production des vélos ?


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : CarFree

Lire aussi : Ils livrent tout, par tous les temps et à l’heure... en vélo !

15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ouvrent une Maison des peuples à Paris XXe
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »




Du même auteur       Vélove (CarFree)