« unMonastery » : un monastère écolo et sans religion

Durée de lecture : 2 minutes

21 janvier 2014 / Marc Schneider


UnMonastery est un projet visant à regrouper une dizaine de personnes (les unMonasterians) hautement qualifiées, porteuses de projets innovants dans des domaines variés tels que l’écologie, les transports, la vie en société… Les unMonasterians vivent et travaillent dans un espace commun et s’efforcent d’une part d’interagir les uns envers les autres et d’autre part de tisser des liens forts avec les communautés locales.

Une des particularités de ce projet est qu’il a été conçu pour résoudre des problèmes locaux. Les unMonasterians travaillent pendant une période de quatre à dix-huit mois sur des problématiques locales.

Ensuite, les autochtones peuvent reprendre en autonomie le travail qui a été commencé mais aussi développer de nouvelles activités.

Pour ce projet, le terme d’unMonastery a été choisi car il reprend les caractéristiques de fonctionnement des monastères (vie et travail en communauté, partage des connaissances, liens avec l’environnement immédiat, prépondérance du groupe par rapport à l’individu…). Le préfixe un a été ajouté pour marquer l’exclusion de tout aspect hiérarchique et de dévotion à une quelconque religion.

Il s’agit d’un jeune projet dont le premier prototype va être mis en place dans la ville de Matera (sud de l’Italie) de février à mai 2014, dans le cadre de sa candidature pour être capitale de la culture européenne en 2019.

L’objectif des unMonasterians durant cette période va donc être de réfléchir à des problématiques propres à la ville de Matera et de sa région : développement des énergies renouvelables, meilleure gestion du système des eaux, identification des risques naturels (ex. sismiques), cartographie du système de transports publics, mise en place d’espaces de vie intergénérationnels…

Le projet unMonastery est porté par la communauté des EdgeRyders Ce collectif a initialement vu le jour au sein du Conseil de l’Europe fin 2011. Il avait un rôle de conseil auprès des instances européennes concernant la politique de la jeunesse. Ce collectif est désormais autonome et articulé autour d’un réseau de citoyens européens (plus de mille sept cents à ce jour) qui cherchent à résoudre des problèmes en proposant des alternatives concrètes, notamment en ces périodes de crise.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre.

Images :
. Photo de la ville de Matera : italia.it
. UnMonastery

Lire aussi : Face à la crise, l’Espagne redécouvre l’autogestion

20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »
19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat
20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais