1er juin vélorution

Durée de lecture : 4 minutes

31 mai 2013



Nous dénonçons l’inaction des pouvoirs publics dans la lutte contre la pollution de l’air - Appel à manifester à Paris le 1er juin 2013


Les Amis de la Terre Paris, Vélorution, le Collectif des médecins Parisiens, Mieux se déplacer à Bicyclette (MDB) et l’Association des victimes de la pollution de l’air en vallée de l’Arve (AVPAVA) appellent à un rassemblement samedi 1er juin pour dénoncer l’inaction des pouvoirs publics dans la lutte contre la pollution de l’air.

Le collectif d’associations demande au Préfet de Police d’agir sans délai en commençant par des mesures simples et efficaces de réduction de la circulation automobile.

Rendez-vous à Paris :

à vélo à 14h pl de la Bastille (au bas de l’Opera) - lieu habituel pour la vélorution mensuelle - qui rejoindra...
à 15h au 1 bd du Palais (devant la préfecture de Police) - action commune du collectif d’associations

L’inaction dans la lutte contre la pollution, une (trop) longue histoire...

Déjà, en mai 2004 le ministre de l’Écologie et du Développement durable expliquait que la lutte contre la pollution de l’air « n’a pas suffisamment pris en compte » le rejet des particules fines par les véhicules. Un rapport de l’AFSSE (Agence française de sécurité sanitaire environnementale) venait de sortir, indiquant que la pollution atmosphérique urbaine, liée en grande partie aux rejets polluants des voitures, serait responsable chaque année de la mort de 4876 personnes en France.

La pollution atmosphérique comme problème de santé publique a depuis fait de nombreuses fois la une. Plus récemment, l’étude Aphekom calcule que la pollution, aux particules fines notamment, diminue de 6 mois de durée de vie moyenne des parisiennes et des parisiens. Les études s’empilent (comme celle de l’Institut de veille sanitaire, ou comme les compte-rendus d’Airparif...) et mettent toutes en évidence l’impact direct sur la santé de la pollution atmosphérique urbaine, qui augmente. Les médecins et ORL font état d’un accroissement et d’une aggravation des maladies respiratoires et de leur extension aux personnes de plus en plus jeunes.

Et pourtant, l’État, donc à Paris la Préfecture, ne respecte pas ses propres directives visant à protéger les personnes, en particulier les plus fragiles. En avril 2013, les parisiennes et parisiens ont subi une vingtaine de jours de pics de pollution, sans qu’aucune des mesures prévues par le Plan de protection de l’atmosphère ne soient prises. Celui-ci étant par ailleurs extrêmement insuffisant.

L’obsession de la fluidité, le règne de la mobilité absolument, le lobby auto-moto... L’inaction des pouvoir publics s’explique : la Préfecture et la Ville préfèrent des morts "invisibles" à l’effort de modifier la ville pour libérer les piétons et les cyclistes qui sont enfermés dans leur voiture ou sous leur casque.

Les Amis de la Terre se sont engagés dans une action en justice contre l’État et vont être amenés à se pourvoir en cassation, pour que les citoyennes et citoyens de l’agglomération parisienne puissent respirer en tout lieu, un air qui ne soit plus nocif pour la santé.

Vélorution Paris Île-de-France (http://velorution.org/paris) fait partie du collectif d’associations qui va manifester devant la préfecture de Police le samedi 1er juin en soutien à ces efforts des Amis de la Terre Paris (http://www.amisdelaterre.org/Paris.html). La lutte contre la pollution atmosphérique est l’une des raisons d’être de Vélorution et de la persistance des vélorutions, manifestations cyclistes mensuelles qui se tiennent sans interruption le 1er samedi du mois depuis bientôt 10 ans à Paris.

À propos de Vélorution

Vélorution Paris Île-de-France est une association de promotion du vélo comme moyen de transport et de lutte contre les pollutions. Elle dénonce les privilèges des transports motorisés et prône leur suppression.

Considérant le vélo comme un moyen d’améliorer la société, la Vélorution organise des actions militantes en faveur d’une ville apaisée et libérée de l’emprise de la bagnole et des deux-roues motorisés, et rejoint souvent d’autres mobilisations contre la surconsommation énergétique et les pollutions.

Tous les mois, la « masse critique » rassemble sur un mode festif et militant les cyclistes qui veulent se faire entendre dans l’espace urbain. Elle part de la place de la Bastille à Paris le premier samedi du mois à 14h.

Les ateliers coopératifs de mécanique permettent à chacun et à chacune d’apprendre avec les autres à réparer son vélo. Par l’entraide, la discussion et la bonne humeur, on y renforce sa vélonomie, c’est-à-dire son autonomie dans l’entretien et la réparation de son vélo. Les ateliers vélorutionnaires parisiens participent au réseau des ateliers de mécaniques participatifs francophones, l’Heureux-Cyclage.

La révolution ne sera pas motorisée : cycliste, rejoins la Vélorution !






Source : Vélorution

Photo : Après le pétrole

Lire aussi : Pollution de l’air très élevée ces jours-ci en région parisienne

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre

22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
25 septembre 2020
En pleine croissance, le réseau Biocoop est contesté sur le plan social
Enquête
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique