24 mai contre Décathlon près d’Orléans

Durée de lecture : 2 minutes

24 mai 2013 / par villalard

Manifestation Festive
vendredi 24 mai 2013 à partir de 17h30
Mairie de Saint-Jean de Braye,

à l’occasion de la remise au maire de Saint-Jean de Braye des 800 premières signatures de la pétition lancée pour préserver le site de la Bissonnerie contre le projet « Oxylane »


Le collectif « pour un Site Préservé entre Loire et Forêt » rassemble des associations et des citoyens qui veulent défendre les zones agricoles et naturelles sur l’agglomération orléanaise. Il s’oppose au projet d’implantation d’un centre commercial « Oxylane » sur 15 hectares de terres encore cultivées et boisées à Saint-Jean de Braye.

Depuis le 3 mai et jusqu’au 3 juin a lieu l’enquête publique portant sur le Document d’Aménagement Commercial (DAC), qui permettrait l’implantation du projet Oxylane à l’est de L’AgglO.

Nous appelons tous les habitants de l’AgglO à écrire leur opposition à la création de cette nouvelle zone commerciale sur le registre du commissaire enquêteur, en mairie ou par internet à l’adresse suivante : enqueteDAC@agglo-orleans.fr

L’AgglO, une instance pleine de contradictions...

D’un côté, le DAC permet l’artificialisation de 15 hectares de terres encore cultivées, de l’autre la « Charte pour une agriculture urbaine durable » se donne comme objectif de « connaître, préserver et pérenniser le foncier agricole péri-urbain »...

C’est cette flagrante contradiction qui nous a conduit, jeudi 16 juin 2013, juste avant le démarrage du comité de pilotage de la Charte agricole, à remettre une copie des 770 premières signatures de notre pétition accompagnée de la déclaration ci-jointe à M. Baude, vice-président de la Communauté d’agglomération Orléans-Val de Loire, en charge de l’agriculture urbaine.

En effet, pour nous, il semblerait cohérent que les élus engagés dans ce projet de charte agricole se donnent les moyens de préserver ces 15 hectares menacés par l’implantation de Décathlon en les requalifiant en zone agricole protégée.

Pour mémoire, la décision de classer ces parcelles en « zone à urbaniser » date d’il y a une trentaine d’années. Pendant tout ce temps, les différents élus ont préservé cette zone, puisque des agriculteurs la cultivent toujours (preuve s’il en faut que la terre est exploitable !). Pourquoi bétonner aujourd’hui ?

Nous ne sommes en rien prisonniers des décisions prises il y a trente ans. Le monde a changé, l’urgence écologique nous conduit à repenser notre mode de vie. Une requalification des terres est possible, mais il faut une véritable volonté politique.

En outre, des porteurs de projets veulent s’implanter sur l’AgglO et la demande des citoyens qui recherchent une agriculture de proximité est de plus en plus forte. Alors qu’attendons nous pour arrêter l’artificialisation de ces terres ?

Pour faire entendre ces arguments aux élus de Saint-Jean de Braye, notre collectif organise une manifestation festive à la mairie de Saint-Jean de Braye, vendredi 24 mai à partir de 17h30, devant la salle du conseil municipal.

Nous remettrons au début du conseil municipal une copie des 770 signatures de notre pétition au maire et nous invitons tous les habitants à se joindre à nous !

Pour plus d’infos, rendez-vous sur notre site internet.




Source et photo : Courriel à Reporterre du Collectif Pour un Site Préservé entre Loire et Forêt

Lire aussi : Ah, qu’il est difficile de discuter démocratiquement d’un projet de bétonnage...

15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ouvrent une Maison des peuples à Paris XXe


Du même auteur       villalard