250 éoliennes de 140 m de haut menacent les paysages de Lozère

Durée de lecture : 2 minutes

14 juillet 2011 / Les Robins des Bois de la Margeride


Eolien : une journée portes-ouvertes pas appréciée par tous.

Il est bien curieux l’article paru le 8 juillet dans Lozère Nouvelle ; un article où l’on fait l’apologie des promoteurs de l’éolien, des « études formidables » réalisées sur l’incidence d’un tel projet sur la faune, la flore, l’acoustique, « l’impact paysager, sans doute le plus spectaculaire, présenté par des montages photos permettant de visualiser l’intégration des machines dans le paysage ». Avec « un buffet copieusement garni et servi avec beaucoup de sympathie » pour faire avaler la pilule à quelques uns déjà convaincus.

Ce projet de 9 éoliennes est surtout intégré dans un projet global de 250 éoliennes prévues de Langogne à St-Chély, sur les crêtes de la Margeride. Comment peut-on dire que des éoliennes de 140m de haut qui se verront de l’Ardèche, de la Haute Loire, de l’Aubrac, seront « intégrées dans le
paysage »
 ! Que dire « des panneaux explicatifs, détaillés et très bien illustrés » qui nous expliquent que l’on va installer des éoliennes en Margeride parce qu’il y a peu d’habitants, ce qui signifie donc qu’il y a un réel impact sur les populations, impact préjudiciable seulement à un nombre limité d’habitants ! Les promoteurs n’ont donc aucune considération pour ceux qui vivent encore en Margeride, et les élus de la Villedieu donnent leur approbation avec enthousiasme !

Pourquoi fait-on abstraction dans cet article du 08 juillet de l’opposition des Robins des Bois de la Margeride qui ont pique-niqué sur le macadam parce que Monsieur le maire leur refusait l’installation d’une simple table, la banderole ayant été mise contre son gré, abstraction également de tous ces opposants venus de Grandrieu, d’Arzenc, du Born, de Ribennes, de Mende et même de l’Ardèche.

Pourquoi n’a-t-on pas vu les élus des communes voisines, que le maire avait invités ? Que signifie l’absence du conseiller général, du député ? De la désapprobation ? Du manque d’intérêt pour de tels projets qui vont défigurer notre territoire ? Pour 15.000 € de recettes annuelles on va pourrir la vie des habitants dont la majorité ne réalise pas ce qui les attend,
alors que Monsieur le maire de la Villedieu réside à Mende et le promoteur intéressé à Toulouse ?



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre.

Contact : lesrobins (at) viveole.com

Lire aussi : DOSSIER : l’éolien est-il écologique ?

22 octobre 2019
Allié des agriculteurs, le renard est pourtant abattu. Arrêtons le massacre !
Tribune
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
22 octobre 2019
Réforme de la PAC : La Commission européenne s’entête dans l’agriculture productiviste et connectée
Info




Du même auteur       Les Robins des Bois de la Margeride