300.000 nouveaux emplois

Durée de lecture : 3 minutes

1er février 2010 / Hervé Kempf




Cette chronique est inspirée par un dangereux gauchiste, un agitateur crypto-écologiste, un individu qui sape les valeurs les plus éternelles de la liberté des marchés, un... Car enfin ! Oui, il faut « lutter contre l’enrichissement sans cause » ! Oui, « il faut taxer les profits »tombés du ciel’’«  ! Oui, il faut  »une taxation des plus-values" ! Oui, Gérard Larcher, président du Sénat, vous avez eu raison de l’écrire, oui Gérard Larcher, vous renvoyez Chavez ou Morales au rang d’épouvantails juste bons à exciter l’ire flapie du Wall Street Journal et des plumitifs capitalistes, oui Larcher, vous êtes un pionnier de la nouvelle humanité !

Je ne me lasse pas de relire votre rapport sénatorial « La gestion des espaces périurbains ». En 1998, dans une prose habilement terne, vous y démontiez les mécanismes de la spéculation foncière qui livre l’espace aux spéculateurs de tout poil.

Résumons : aux alentours des villes - sur une superficie toujours plus importante du territoire -, l’espace est mangé par l’étalement urbain, ce qui chasse les paysans et crée des conditions de vie de plus en plus tendues, mais génère des profits démesurés pour ceux qui parviennent à se saisir d’un foncier livré aux « lois du marché ».

Par subtile tactique, vous n’avez pas évoqué les conséquences écologiques du phénomène, pensant que cela donnerait une arme aux profiteurs, qui auraient crié d’un air entendu, « Ah, les petits oiseaux ! »

Je relis votre rapport, companero Larcher, en pensant aux chiffres du chômage. Ils montent, stagnent, vont remonter : nul être sensé ne peut imaginer que dans le système actuel, ils puissent descendre franchement.

Il faut donc imaginer des solutions nouvelles. L’une - partielle certes, mais importante - est de favoriser l’installation de jeunes paysans. Il y a un an, les initiateurs de l’appel « Alimentons l’Europe » estimaient qu’une politique adéquate susciterait trois millions d’emplois agricoles en Europe, directs et induits. En France, cela ferait, disons, 300 000 emplois. Une paille. Ont-ils été entendus ? Non. Une étude gouvernementale sur les « métiers verts » n’a même pas été leur poser quelques questions, comme s’il était inimaginable que l’agriculture devienne autre chose qu’une activité sans travailleurs ! Mais, soutenu par des dizaines d’associations et d’intellectuels, ils relancent l’appel « Alimentons les régions ».

Or, pour créer ces emplois, il y a une clé, que vous aviez bien ciblée, Gérard Larcher : l’accès au foncier. Les jeunes ne peuvent pas s’installer parce que l’usage du sol est trop cher, livré qu’il est à l’urbanisation sous toutes ses formes. Il faut donc, d’urgence, créer des offices fonciers pour permettre leur usage agricole et lutter contre l’enrichissement sans cause. A moins, bien sûr, qu’on veuille continuer à créer du chômage et à détruire l’écologie de nos pays.

.........................................

Références :

- Rapport sur La gestion des espaces périurbains : http://www.senat.fr/rap/r97-415/r97...

- Appel Alimentons l’Europe : http://www.alimentons-l-europe.eu/s...

- Appel Alimentons les régions : http://www.alimentons-les-regions.fr/






Source : Cet article a été publié dans Le Monde du 31 janvier 2010-1 février 2011 sous le titre - erroné - Merci M. Larcher.

Liire aussi : La destruction silencieuse http://www.reporterre.net/spip.php?...

5 juin 2020
À Bure, l’agence des déchets nucléaires se paie des gendarmes
Enquête
4 juin 2020
Comédienne, je ne veux pas que les théâtres rouvrent
Tribune
4 juin 2020
« Les lobbies veulent façonner le monde d’après »
Entretien




Du même auteur       Hervé Kempf