Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

A Bayonne, le climat nourrit clochemerle et chronobus

Les commerçants de Bayonne et Biarritz sont respectueusement priés d’arrêter de faire la guerre aux vélos et aux bus.

Objet : Lettre ouverte au Groupement des Commerçants de la RD 810

Vous avez annoncé lors d’une conférence de presse il y a deux semaines de cela votre décision de fédérer 4 associations de commerçants d’Anglet (Busquet, Saint-Jean, BAB 2 et RD 810) en un groupement unique des commerçants de la RD 810 (ex-RN 10).
L’objectif en était de peser de tout votre poids pour, selon le quotidien Sud-Ouest du 31 juillet, demander le retrait définitif du Chronobus.

Le Chronobus est une expérience consistant en l’utilisation d’une voie spécifique, partagée avec les vélos, qui vise à réduire le temps de parcours moyen des bus, et a pour conséquence de rendre leur utilisation plus attractive que la voiture individuelle. L’objectif de cette opération est d’inciter les automobilistes à préférer les transports en commun et rentre ainsi dans l’objectif de la CA BAB (communauté d’agglomération Bayonne Anglet Biarritz) de limiter de 8% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2013.

Depuis votre conférence de presse, vous distribuez un tract demandant aux gens de faire pression pour demander l’arrêt de l’opération Chronobus auprès des élus locaux, et vous envisagez même des recours contre elle au Tribunal administratif.

Oui au Chronobus, à son amélioration et à son développement !

Nous pensons au contraire que non seulement il faut absolument maintenir le Chronobus, mais qu’il faut en outre améliorer et étendre son parcours, développer son usage et continuer à diminuer l’espace urbain dévolu à la voiture qui est aujourd’hui de 40 % dans le BAB (circulation et stationnement) !

Nous comprenons bien que cette période transitoire peut occasionner des difficultés à vos commerces, comme vous l’affirmez pour justifier votre combat, tant que les automobilistes habituels ne se sont pas encore organisés et habitués à ce nouveau mode de déplacement. Mais à terme, n’est-il pas évident que c’est le commerce de proximité qui a tout à gagner dans la diminution drastique de l’utilisation de la voiture en ville, au détriment de ses plus féroces concurrents : les grandes surfaces ?

L’urgence climatique :

Et surtout, n’entendez vous pas les cris d’alarme répétés des climatologues et leurs préconisations ? Le réchauffement climatique et ses conséquences catastrophiques, ce n’est pas pour « après-demain », c’est aujourd’hui que ça se passe, d’ici à la fin du siècle. Pour limiter l’ampleur de cette catastrophe et empêcher les effets de seuil et les risques d’emballement, c’est aujourd’hui même qu’il faut commencer à diminuer radicalement les gaz à effets de serre, dont les transports sont une des plus importantes sources d’émission.

Or, par rapport aux autres agglomérations comparables, le B.A.B. est particulièrement en retard dans ce domaine : 80 % des déplacements s’y font en voiture (et ce chiffre atteint 87 % à Anglet !) et seulement 4 % en transports en commun. Rajoutons à cela que le taux d’occupation moyen des véhicules est de 1,3 passagers et l’on aura toute la mesure du gaspillage insensé quereprésente la manière dont sont actuellement organisés les transports des populations habitant ou fréquentant le B.A.B.
Les émissions de Gaz à Effets de Serre du B.A.B. représentent plus d’un million de tonnes d’équivalent CO2 par an : sur ce total, le transport automobile est responsable de 400 000 tonnes à lui tout seul !

Tout le monde est concerné par le changement climatique et l’urgente nécessité de réduire massivement les émissions de Gaz à effet de serre qui en sont responsables : vous-mêmes, vos propres enfants, vos client(e)s. Ne rien faire aujourd’hui revient à se rendre complice d’un véritable crime contre l’Humanité demain.


Se rencontrer pour en discuter ?

Le samedi 29 août, il restera 100 jours exactement avant le COP15 de Copenhague, qui sera le plus grand sommet jamais tenu sur la question du changement climatique. Des gens se mobilisent actuellement à travers toute la planète afin que les mesures à la hauteur de la situation y soient prises, malgré les pressions des lobbies et des intérêts particuliers de toutes sortes.

A l’occasion de ce Jour J – 100, le mouvement Bizi ! organise à 15H00 une balade en vélo de la mairie de Bayonne à celle d’Anglet afin de non seulement appuyer le maintien de la ligne Chronobus mais de demander son extension et sa généralisation la plus ambitieuse possible.

Nous serions tout à fait disposé(e)s à vous rencontrer à cette occasion sur Anglet afin de discuter de cette question avec vous, et de voir comment imaginer des solutions qui puissent rassurer voire satisfaire tout le monde.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez recevoir Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

Pour le mouvement Bizi ! :
Maixan Arbelbide, Xabi Betelu, Jean-Noël Etcheverry, Xabier Harlouchet, Marie Larzabal

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende