A Clermont-Ferrand, les citoyens investissent le débat sur les nanotechnologies

Durée de lecture : 3 minutes

12 novembre 2009 / Anonyme


Mardi 10 Novembre à Clermont Ferrand avait lieu la 5e réunion de la campagne d’acceptabilité des nanos organisée par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP). 200 personnes au maximum dans la salle. Visiblement beaucoup d’invités institutionnels, scientifiques et industriels. La CNDP avait été remarquablement discrète dans l’annonce de cette réunion. Ni affiches, ni tracts, ni articles dans la presse locale du jour. Le débat avait lieu dans un amphithéatre de la faculté de lettres et de sciences humaines.

Dès l’ouverture de la réunion, des tracts anti-nanos ont été distribués à l’intérieur de la salle. L’allocution d’ouverture de Bergougnoux, président de la CNDP nano a été immédiatement interrompue par une personne qui, micro en main, s’est livré à une parodie d’allocution de bienvenue, façon « Yes Men ». Habillée chic (tailleur d’agence de com’ parisienne). Elle a déclaré à peu prés que toutes les opinions pourraient s’exprimer ici librement : aucune importance, aucune conséquence. L’essentiel étant que les décideurs connaissent les arguments des opposants pour pouvoir mieux y répondre. Applaudissements.

Elle a exhibé une liste dont le public n’a pas connaissance, de 147 questions préparées par la CNDP, et auxquelles celle-ci s’attend à devoir répondre. Blêmissement du président de la CNDP. Vif intérêt de la salle. Tandis que Bergougnoux tentait vainement de reprendre le débat en main, des questions fusaient déja de la salle pour en savoir plus sur cette liste et pour contester ce faux débat. Pendant plus d’une demi heure, la confusion la plus totale a régné, avec des échanges d’arguments au sein même du public, tandis que le président restait impuissant. Nombre de personnes ont insisté pour que le débat reste dans la salle, et ne soit pas confisqué par les experts de la tribune. Il faut noter que la majorité du public souhaitait se soumettre à l’autorité de l’expertise.

Par la suite, les organisateurs ont tenté de reprendre la parole, constamment harcelés, interrompus, contredits, par un feu roulant d’intervention de contestataires. Le débat a des limites. Le greffier de la soirée a suggéré à Bergougnoux : « Ce serait le moment de les sortir ». Sans effet.

A 22 heures, aprés 2h30 de violents échanges, seuls deux des intervenants de la tribune avaient pu s’exprimer. Le représentant de Michelin (vous savez, les pneus « verts ») a été verbalement fusillé par les arguments écologiques, sanitaires et politiques des opposants. Le moment le plus poignant étant celui ou un étudiant a évoqué son père ouvrier chez Michelin, mort d’un cancer de l’amiante, et qui a expliqué qu’il valait mieux traiter les causes des cancers, plutôt que de croire les promesses de la nanomédecine.

Nombre d’interventions ont concerné les problèmes de surveillance, le domaine militaire, l’artificialisation du monde et des hommes, et le profit recherché par les industriels, débordant le thème imposé du débat (les pneus !).

Si on peut dire qu’à un moment donné ce faux débat a été subverti, et est devenu un débat authentique, force est de constater que la majorité des gens présents restaient concentrés sur les questions sanitaires et environnementales, encouragés par les organisateurs, qui savent bien que ces dernières sont les plus consensuelles.

Leur sabotage achevé, les opposants ont quitté la salle, suivi par les spectateurs les plus offusqués de la manipulation de la CNDP.

Des comptes-rendus plus détaillés suivront. Nous les attendons.

Prochain arrêt de la caravane publicitaire des nanos, Lille, le 17 Novembre. Infos et matériel sur http://www.nanomonde.org



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://lille.indymedia.org/article1...

Lire aussi : Un « débat public » pour faire accepter les nanotechnologies http://www.reporterre.net/spip.php?...

18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête




Du même auteur       Anonyme