A Dunkerque, la révolte gronde contre le grand projet inutile Arena

Durée de lecture : 2 minutes

10 février 2014 / Didier Harpagès (Reporterre)

Un stade de plus de 300 millions d’euros, en zone inondable et géré par Vinci, est-il une bonne affaire pour la ville de Dunkerque ? Ce n’est pas l’avis des citoyens et associations qui ont manifesté samedi.


- Dunkerque, correspondance

Près de 400 personnes se sont retrouvées, sous la pluie, samedi 8 février, face à l’Hôtel de ville de Dunkerque, afin de protester contre la réalisation d’un projet pharaonique, inutile et ruineux : la construction d’une salle de sport, dite Arena. Elle compterait 10 700 places afin d’accueillir des compétitions sportives (principalement basket-ball et handball), et accessoirement des spectacles.

Les associations citoyennes Arena non Merci, Adelfa et Les Amis de la Terre, qui avaient appelé à manifester, jugent ce projet disproportionné et inadapté aux besoins du territoire communautaire dunkerquois.

La Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD), présidée par Michel Delebarre, maire de Dunkerque et ancien ministre de François Miterrand, est maîtresse d’œuvre de ce projet dont le coût est évalué à 300 millions d’euros. Etant donné la réduction des subventions accordées par l’Etat et la Région Nord–Pas-de-Calais, un partenariat public-privé est envisagé : la société Vinci participera au chantier et pourra ainsi rémunérer ses actionnaires en exerçant conjointement une pression financière sur la population de la CUD durant plus d’un quart de siècle.

- Le projet vu par Vinci -

Les associations rappellent les dégâts causés aux finances locales dans beaucoup de collectivités ayant eu recours à ce type de montage financier.

Elles estiment aussi que le lieu d’implantation est particulièrement mal choisi : le terrain est situé sur une zone inondable et à proximité d’une usine classée Séveso seuil haut.

Pour ceux des citoyens de l’agglomération dunkerquoise qui se mobilisent, l’urgence réside dans la sauvegarde et le développement des équipements publics (cadre de vie, habitat, environnement, crèches, écoles, outils culturels et installations sportives au service de tous, redynamisation commercial des centres-villes…), et non dans le versement de dividendes aux actionnaires de Vinci.

« Arena on en veut pas ! », « La grande salle est un scandale ! » « Beci [promoteur immobilier], Vinci, tous pourris ! », autant de slogans criés par les manifestants, qui se sont rendus à la sous-préfecture afin de remettre une pétition exigeant le retrait immédiat du projet de construction de la salle ARENA.

Cette manifestation est le premier acte d’une bataille qui va se poursuivre sur le terrain juridique, la mairie de Dunkerque ayant rejeté le recours gracieux porté par l’Adelpha au sujet des lacunes environnementales du projet.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Didier Harpagès pour Reporterre.

Image du projet : Vinci concessions

Ecouter aussi : Pourquoi le projet de salle Arena, à Dunkerque, est-il inutile ?


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

20 janvier 2020
Les activités industrielles causent de plus en plus de séismes
Info
20 janvier 2020
Agir localement pour changer l’avenir
Tribune
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien




Du même auteur       Didier Harpagès (Reporterre)