A Madagascar, la Corée achète la terre au détriment des pauvres

Durée de lecture : 2 minutes

17 février 2009 / Peuples solidaires

Dans plusieurs endroits du monde, de grandes compagnies achètent des terres pour les exploiter en en excluant les petits paysans.

Dans un climat de tension politique extrême à Madagascar, l’ONG Peuples Solidaires soutient les revendications de la société civile malgache dénonçant le projet agricole de Daewoo sur l’Ile. Elle lance une campagne de lettres adressée à l’entreprise sud-coréenne, en partenariat avec le Collectif de Défense des Terres Malgaches.

En novembre 2008, l’entreprise sud-coréenne Daewoo Logistics annonçait avoir signé dès juillet 2008 avec le gouvernement malgache un protocole d’accord portant sur l’exploitation d’1,3 millions d’hectares de terres, pour la production de maïs et d’huile de palme à destination de la Corée du Sud. Cette annonce a suscité une vive réaction de la population malgache et explique en grande partie les manifestations de colère de ces derniers jours à Madagascar.

Selon le Collectif pour la défense des terres malgaches, constitué en décembre 2008 en réaction à l’annonce faite par Daewoo, « l’opinion publique malgache, informée par la presse internationale, est particulièrement en alerte car plusieurs grands projets déjà en cours à Madagascar démontrent la réalité de contrats dont les termes conjuguent une exploitation drastique des richesses du pays par les investisseurs étrangers avec des bénéfices insignifiants pour la nation et les populations malgaches ».

Le Collectif a donc décidé de réagir en demandant au gouvernement l’arrêt immédiat des actions entreprises avec Daewoo, ainsi que toute la transparence sur la transaction annoncée puis partiellement démentie. C’est l’objet de l’Appel Urgent « Daewoo fait main basse sur la terre » lancé ce lundi 16 février 2009 par Peuples Solidaires.

Alors que Madagascar semblait s’être engagé depuis quelques années dans une réforme foncière pour sécuriser progressivement le droit des paysans à exploiter leurs parcelles, l’affaire Daewoo a réveillé soudainement les vieux démons d’un néo-colonialisme agraire menaçant la souveraineté alimentaire de l’Ile et les droits fondamentaux des paysans.

Ce cas est malheureusement emblématique d’un phénomène mondial de rachat massif de terres agricoles dans les pays du Sud par des Etats tiers et des investisseurs privés. Afin d’envisager les moyens de réaction face à ce phénomène, Peuples Solidaires organise avec la Confédération Paysanne un Forum international sur l’accès à la terre les 18 et 19 avril prochains à Montreuil, avec la participation de partenaires d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie et d’Europe de l’Est.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : www.peuples-solidaires.org/article9...

28 février 2020
En France, le municipalisme libertaire trace son chemin
Enquête
28 février 2020
La forêt est un bien commun, pas une entreprise
Tribune
17 février 2020
Exclusif : le kit de Reporterre pour aider les maires (et les citoyens) à devenir écolo
Enquête




Du même auteur       Peuples solidaires