A Nantes, les autorités laissent le bruit empoisonner la vie des habitants

Durée de lecture : 2 minutes

6 décembre 2012 / Collectif Anti Bruit Nantes Erdre


LE COLLECTIF ANTI BRUIT NANTES ERDRE DEMANDE AU PREFET DE
LOIRE-ATLANTIQUE DE RESPECTER LES ENGAGEMENTS PRIS LORS DE LA
TABLE RONDE DU 27 JUIN 2012.

A la demande du Collectif Anti Bruit Nantes Erdre, une table ronde sur les
nuisances sonores et la réduction du bruit s’était tenue le 27 juin dernier.

Y était
conviés les vices présidents transport et environnement de Nantes métropole,
différents services de l’Etat et notre collectif.
Il avait résulté de cette réunion, la décision de la réactivation de l’observatoire du bruit sous l’égide de l’Etat, d’implanter un radar discriminant, de faire procéder à des contrôles de vitesse et de renforcer la signalisation routière.

La Préfecture et Nantes métropole s’étaient également engagées à communiquer sur d’autres localisations métropolitaines allant être amenées à subir les bruits
combinés des trois infrastructures du périphérique nantais RN 844, du tram-train Nantes – Châteaubriant et de l’Interconnexion ligne 1 et 2 du Tramway, pour démontrer l’absence de singularité de l’exposition du quartier Nantes Erdre vis-àvis de la pollution sonore.

Le Collectif Anti Bruit Nantes Erdre déplore que cinq mois plus tard, l’Observatoire du bruit ne soit toujours pas réactivé et qu’il n’a toujours pas été consulté pour discuter des localisations, des modalités et de la périodicité des mesures de bruit et qu’aucune des autres mesures n’ait été suivie d’effet.

Seuls quelques panneaux de signalisation de limitation de la vitesse à 70 km/h ont effectivement été implantés sur ce tronçon mais le collectif s’étonne que certains de ces panneaux ont déjà été retirés et que la vitesse a été rétablie à 90 km/h.

Le Collectif Anti Bruit Nantes demande donc aux élus et services de Nantes
Métropole et au Préfet de ne pas laisser pour lettre morte leurs annonces et
décisions.

...............................

En savoir plus :

Le Collectif Anti Bruit Nantes Erdre, riverains du Boulevard Alexandre Flemming et de la ligne Nantes - Châteaubriant et de la future interconnexion ligne 1 et 2 du Tramway Nantais, rassemble plus d’un millier de personnes des quartiers de Nantes Erdre.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Courriel à Reporterre du Collectif Anti Bruit Erdre

Consulter par ailleurs notre DOSSIER Notre Dame des Landes

26 juillet 2019
Contre le G7, les altermondialistes organisent un sommet « démocratique et ouvert »
Info
6 juillet 2019
Reporterre sur Radio Suisse : Amazon, ça suffit
Hors les murs
29 juillet 2019
L’été, au loin
La vie de Reporterre