A Paris, vingt mille mains unies joyeusement pour le climat

Durée de lecture : 5 minutes

30 novembre 2015 / Lorène Lavocat et Eric Coquelin (Reporterre)

Dimanche 29 novembre, une dizaine de milliers de personnes ont formé une chaîne humaine à Paris, pour déclarer « l’état d’urgence climatique ». Un rassemblement non-violent et joyeux, tenu malgré l’interdiction de manifester.

- Paris, reportage

« Bonjour, veuillez avancer le long du boulevard, pour ne pas créer d’attroupements ! » Dès la sortie du métro Voltaire, des militants en gilet jaune accueillent les manifestants. Mais peut-on parler de manifestants ? Car la chaîne humaine qui se forme ce dimanche midi entre la place de la Nation et celle de République n’a pas officiellement le statut de manifestation autorisée. « Malgré l’état d’urgence, nous refusons de rester muets, explique Geneviève Azam, porte-parole d’Attac, l’une des organisations à l’origine de l’initiative. La chaîne permet de symboliser notre responsabilité partagée et notre solidarité. »

Plus que de braver l’interdiction, il s’agit pour les militants de réaffirmer « l’état d’urgence climatique », et de mettre la pression sur les gouvernements, à quelques heures de l’ouverture de la Conférence climat. C’est ce que nous explique Jean-Pierre Dubois, président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme.

Jean-Pierre Dubois :« Nous disons aux gouvernements, ne soyez pas des dinosaures... »

Une COP21 qui ne pourra réussir, d’après Jon Palais, d’Alternatiba, que grâce à une mobilisation massive de la société civile : « L’action des citoyens est aussi importante que celle des gouvernements, car leurs engagements médiocres nous emmènent tout droit vers le chaos climatique. » Pour le militant écolo, le gouvernement a ainsi commis une « faute » en interdisant les rassemblements. « Les attentas ont créé un état de stupéfaction, il faut en sortir, lever le couvercle », ajoute-t-il.

Sur les trottoirs du boulevard Voltaire, des centaines de personnes ont donc répondu à l’appel. Venus en famille ou entre amis, tous se prennent la main dans la bonne humeur. « La dégradation du climat et des écosystèmes va nous entraîner vers toujours plus de guerres, estime Laurence, une banderole « À qui profite le chaos ? » tenue à bout de bras. Résoudre le climat, c’est œuvrer pour la paix dans le monde. » Un avis partagé par Pierre, la quinzaine, heureux d’être là, « même s’il a fallu se lever à 9 h un dimanche ». « Il y a 100 personnes qui meurent à cause du terrorisme, et on en parle pendant des semaines, alors qu’on ne parle jamais des 600.000 personnes qui sont tuées à cause du changement climatique », explique-t-il.

Plus loin, une femme-pingouin discute avec un homme maquillé de vert qui lui tend un tract sur le gaz de schiste. Nucléaire, Notre-Dame-des-Landes, Tafta... toutes les luttes écologiques sont représentées. Tous les combats, et tous les pays. Cathy est venue du Canada pour « mettre la pression sur les gouvernants », et Pablo arrive de Bolivie afin de porter « la voix des communautés autochtones menacées par le changement climatique ». D’autres préfèrent mettre en avant les solutions en arborant des éoliennes miniatures. Isidore et Sacha – 10 et 8 ans – détaillent leurs gestes quotidiens pour la planète : « On prend des douches de 5 minutes maximum, on choisit le métro plutôt que la voiture, et puis surtout, on vient ici pour manifester ! »

Des citoyens « déterminés »

Des cyclistes vêtus de gilets verts sillonnent le boulevard, portant des messages d’un bout à l’autre de la chaîne : « On manque de gens à Charonne ! » Vers 12 h 10, la nouvelle arrive sous forme de clameur : « Ça y est, on a rejoint les deux places, il y a plein de monde ! » Batucada et accordéon redoublent de vigueur musicale, apportant une touche résolument festive au rassemblement pacifique.

Puis à 12 h 30, moins de 45 minutes après le début de l’événement, l’annonce tombe d’un mégaphone : « Merci à tous, merci pour la planète, il faut maintenant se disperser ! » Un grand-père, sa petite fille sur les épaules, grommelle : « Quoi, déjà ? Mais on n’a pas lancé tous nos slogans. » Plusieurs personnes refusent de se lâcher, et continuent de crier « Changeons le système, pas le climat ! » Mais rapidement, le gros des troupes reprend son chemin le long du boulevard. Place Léon-Blum, Guillaume Durin, d’Alternatiba, rayonne : « Plus de 10.000 personnes, c’est un signal très fort pour montrer que les citoyens entendent se mobiliser sur la question de l’urgence climatique. »

Guillaume Durin.

Sans parler de victoire, les organisateurs se félicitent de la présence en nombre de citoyens « déterminés », prêts à mettre en œuvre « des nouvelles pratiques de désobéissance massive non-violente » : « Pour faire face aux interdictions, nous avons aujourd’hui besoin de toute l’inventivité, de toute l’imagination sociale dont nous sommes capables, sourit Geneviève Azam. Nous avons été relégués sur les trottoirs, privés de grande marche, mais nous ne sommes pas désarmés ! »

Geneviève Azam.

14 h. Des dizaines de personnes remontent à présent vers la place de la République. Certains portent une paire de tennis à déposer près de la statue, dans le cadre de l’opération « Nos chaussures marchent pour nous », lancée par l’ONG Avaaz. À quelques mètres de l’arrivée, une centaine de manifestants du NPA (Nouveau Parti anticapitaliste) et d’Ensemble avancent lentement mais sûrement vers un cordon de CRS. Parmi eux Nico, venu revendiquer « son droit à manifester pour l’urgence climatique ».

Manifestant désobéissant.
L’opération « Nos chaussures marchent pour nous » s’est bien déroulée place de la République. Mais c’était le matin.

Arrivée à République, la fumée blanche et une sensation piquante dans les narines témoignent du recours à des gaz lacrymo. Malgré la présence massive des policiers, des centaines de personnes arpentent encore la place, dont de nombreuses familles. De festive et joyeuse, l’ambiance se tend peu à peu. Une troupe de l’Armée du Clownistan tente d’apaiser l’atmosphère en organisant un « 1, 2, 3 soleil » improvisé devant des CRS impassibles.

Clownistan.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Joyeux et mobilisés, les cyclistes de la Tracto Vélo arrivent à Paris

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : ©Éric Coquelin/Reporterre



Documents disponibles

  Guillaume Durin.   Geneviève Azam.   Jean-Pierre Dubois :« Nous disons aux gouvernements, ne soyez pas des dinosaures... »   Manifestant désobéissant.   Clownistan.
DOSSIER    Climat : de COP en COP

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP





Du même auteur       Lorène Lavocat et Eric Coquelin (Reporterre)