A la découverte de l’agriculture familiale

Durée de lecture : 1 minute

20 janvier 2015 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Le documentaire Ceux qui sèment sort ce mardi 20 janvier en avant-première à Montpellier. Réalisé par quarante étudiants agronomes partis aux quatre coins du monde, le film propose un portrait coloré et contrasté de celle qui nous nourrit tous aujourd’hui : l’agriculture familiale.

Quel est le point commun entre un paysan indien qui cultive riz, haricot, et mangue, le tout à la main, et un éleveur porcin en Bretagne ? Ils travaillent en famille, et travaillent pour leur propre compte. L’agriculture familiale produit 60 à 80 % de l’alimentation mondiale, et représente 40 % des actifs mondiaux... Lutte contre la pauvreté, souveraineté alimentaire, protection de l’environnement. Elle est au centre de tous les enjeux sociaux, économiques et écologiques actuels. Dès lors, pas étonnant que la FAO ait décrété 2014 « année de l’agriculture familiale. »

Pourtant, difficile de la définir, tant elle est variée. Éleveurs ou maraîchers, pratiquant une agriculture de subsistance ou d’exportation, certains paysans vivent dans l’extrême-pauvreté tandis que d’autres connaissent l’abondance.

Quarante étudiants agronomes de Montpellier Sup’Agro ont voulu montrer l’agriculture familiale dans sa complexité et sa diversité. Des Andes aux forêts tropicales du Cameroun, ils nous proposent un voyage plein d’espoir. Car oui, les paysans sont notre avenir et celui de notre planète.


Mardi 20 janvier 2015 à 18H00

Projection suivie d’un débat en présence des étudiants et du réalisateur, Pierre Fromentin.

Amphithéâtre Philippe Lamour - Entrée libre
Campus de La Gaillarde de Montpellier SupAgro

2, place Pierre Viala à Montpellier

Voici le site de l’association : Agriculture familiale



Lire aussi : Une agriculture écologique et créatrice d’emplois est possible

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)