AU THÉÂTRE — Quelle chance de naître dans notre belle et grande démocratie !

Durée de lecture : 1 minute

8 octobre 2020



La comédienne et autrice Audrey Vernon présente sa dernière création, « Billion Dollar Baby ». Un regard espiègle et mutin sur l’évolution de nos sociétés néolibérales. En France à partir du 2 octobre, à Paris à partir du 31.

Dans une mise en scène de Dorian Rossel et Delphine Lanza (Cie STT- Suisse), Audrey Vernon s’adresse à son futur bébé, qui aura la chance de naître dans notre belle et grande démocratie !

Un spectacle qui tape dans le mille de son époque et qui nous parlait — bien avant la pandémie —, de la catastrophe écologique et humanitaire vers laquelle le monde se dirige lentement mais sûrement…

Étayé par des informations scientifiques ou économiques, Audrey Vernon approfondit son analyse critique de l’évolution de nos sociétés néocapitalistes, apportant son regard espiègle et mutin sur des sujets forts et politiques.

Percutantes et drôle, Audrey Vernon nous décrit une Terre inondée de plastiques, où l’eau potable se ferait rare et dans lequel on aurait plus de chances de mourir de chaud ou écrasé par un engin imaginé par l’homme blanc conquérant qu’à cause d’un animal sauvage…

Dans la veine de Comment épouser un milliardaire, elle continue de nous faire rire tout en menant un précieux travail de vulgarisation afin que le plus grand nombre d’entre nous puisse s’emparer de ses sujets de réflexion et décider du monde dans lequel nous voulons accueillir et voir vivre nos enfants.

Interrompues en mars dernier, les représentations reprendront les samedis à 18 h à partir du 31 octobre à la Nouvelle Seine dans le respect des règles sanitaires et de distanciation.


  • Billion Dollar Baby, spectacle d’Audrey Vernon, à partir du 2 octobre en France et à la Nouvelle Seine, à Paris, les samedis à 18 h 30 à partir du 31 octobre



15 janvier 2021
Sortir de l’élevage intensif pour échapper aux pandémies
Tribune
21 janvier 2021
Cinq propositions pour sortir la montagne du tout-ski
Tribune
19 janvier 2021
Lettre du bocage : « Nous ne supportons pas d’être gouvernés par la peur »
Tribune