Action Brigade Antiterrorisme Financier

Durée de lecture : 3 minutes

13 février 2013 / par TEST DEV



La Brigade Antiterrorisme Financier (BAF) recrute à l’Assemblée nationale !

Mercredi 13 février de 12h30 à 13h
Rdv place Edouard Herriot M° Assemblée nationale


La Brigade Antiterrorisme Financier (BAF) recrute à l’Assemblée nationale

Collectifs Sauvons les Riches, Roosevelt 2012 et Plate-forme paradis fiscaux et judiciaires

Un objectif : Aider les députés à ne pas laisser dicter la loi de finance par les banques.

Le mercredi 13 février de 12h30 à 13h
Rdv place Edouard Herriot M° Assemblée nationale
Opportunités photos / vidéos / interviews

Contexte :

« La première décision à prendre, c’est de séparer ce qui relève du crédit de ce qui appartient aux opérations de spéculation ». C’est signé François Hollande, il y a un an au Bourget.

La France sera bien la première à adopter une nouvelle loi bancaire, mais si le texte en restait là, la loi ne changerait rien et menacerait la portée des discussions en cours au niveau européen.

Après plusieurs tentatives pour débouter des amendements clés, le 6 février, Pierre Moscovici a verrouillé la discussion en Commission des Finances à l’Assemblée. Le lendemain matin, sur France inter, il défendait bec et ongle le « modèle » français de la banque universelle (qui mélange toutes les activités). Quelle meilleure nouvelle pour les banquiers ?

Rappelons que l’absence de séparation :

- leur permet de prendre tous les risques sur les marchés financiers avec l’assurance que l’Etat règlera la facture en cas de crise ;

- se révèle être une opération juteuse pour les banques : la garantie implicite que leur apporte l’Etat leur permet de lever des fonds beaucoup moins cher sur les marchés… une « subvention » masquée qui fait économiser aux 4 grandes banques françaises la bagatelle de 48 milliards d’euros !

Un an plus tard, la finance continue ses ravages. Mais P. Moscovici, ministre de l’Économie et des Finances (spéculatives), présente au Parlement un projet qui ne change rien – ou presque – pour les banques. De l’aveu de Frédéric Oudéa, patron de la Société générale devant les députés, moins d’1% de l’activité des banques est concernée par le projet de loi !

L’Assemblée nationale commence à en débattre le 13 février 2013.

Action :

Les collectifs Sauvons les Riches, Roosevelt 2012 et Plate-forme paradis fiscaux et judiciaires recrutent les députés dans les rangs de la Brigade antiterrorisme financier : Non, l’argent de l’Etat ne doit pas servir à éponger les pertes des banques et de leurs clients au casino de la finance !

Il faut couper les banques comme Roosevelt l’a fait en son temps, et leur demander des comptes sur leur utilisation des paradis fiscaux avec une transparence pays par pays non seulement sur leur activité mais aussi sur leurs profits. Devant le Palais Bourbon, les agents spéciaux de la BAF viendront fournir aux députés les armes pour ne pas se laisser dicter la loi par les banques.






Source et photo : Courriel à Reporterre de « Sauvons les Riches »

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre

31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre
1er août 2020
Agenda : les rendez-vous festifs, écolos et militants de l’été
Info
31 juillet 2020
Bâtiments qui se fissurent, routes qui ondulent... L’Arctique russe face à la fonte du pergélisol
Reportage


Du même auteur       TEST DEV